Leaders d’opinion



Du temps (pas si lointain) où je préparais les concours de la fonction publique, j’avais été frappé par la notion de "Leader d’opinion"…c’est quoi un leader d’opinion?

hé bien dans ce billet de Sébastien Bailly on apprend que :


C’est en 1940 que Paul Lazarsfeld mène, avec quelques autres chercheurs, la première étude sur la communication de masse politique. Ils publient leurs travaux en 1944 sous le titre The People’s Choice. D’après eux, l’effet des mass medias doit être relativés, et ils font pour la première fois apparaître la notion de « leader d’opinion ». Selon Lazarsfeld, seul 5% des électeurs seraient influencés par les mass medias, un nombre bien moins important que ceux qui se laissent influencer par les amis, collègues, frères, soeurs, etc. Les leaders d’opinion se reconnaissent au fait qu’ils sont de gros consommateurs d’information et qu’ils sont reconnus comme des personnes d’influence au sein de la communauté à laquelle ils appartiennent.


Vous avez bien lu oui c’était en 1940, l’époque où on commençait à sortir un peu des théories du complot présentant l’influence des médias comme une "seringue hypothermique hypodermique" (j’avais retenu l’expression dans mes révisions mais pas je retrouve pas la source), alors que l’influence des médias est un phénomène complexe…

En fait, Lazarsfeld avait compris en tout premier ce qui nous est devenu familier aujourd’hui : les marques s’appuient moins sur des produits que des identités et utilisent le web en créant du buzz dans une démarche de marketing viral, en s’appuyant pour cela sur les leaders d’opinion….CQFD.

Ce qui était une manière pour les sociologues de comprendre la fabrique de l’opinion a été habilement récupéré par le discours du marketing (ou de la mercatique pour ceux qui ne pensent bien que dans leur langue 😉

Voici de ce que ça donne, (attention je vous préviens c’est du language marketing)…. par exemple sur ce site dont voici un extrait:

A quoi reconnaître un leader d’opinion ?

Savoir identifier le leader d’opinion d’une population précise n’est pas toujours chose facile mais la récompense est grande pour les quelques sociétés qui y parviennent. Attention, la typologie de ces autorités est très diverse et va bien au-delà des stars, ou des faiseurs de tendances les plus médiatiques. Un enfant populaire dans sa cours de récréation qui lance la mode des Pokemon, un cadre supérieur qui vante les mérites de son Palm Pilot ou la ménagère ses tupperwares à ses amies,… Les leaders d’opinions sont tout autour de nous.

Dans son livre, Emmanuel Rosen définit un “network hub” comme une personne qui « transmet une opinion sur une certain produit à plus de gens que le fait la moyenne ». Attention, tous les fans d’une marque, les consommateurs satisfaits,… n’en sont pas pour autant automatiquement des leaders d’opinions. En effet Emmanuel Rosen nous explique que « les sociétés font souvent l’erreur de conclure qu’un client satisfait aura une influence dans leur entourage (…) la satisfaction d’un client n’a pas grand-chose à voir avec leur importance dans les réseaux sociaux ».

Emmanuel Rosen a très bien synthétisé les caractéristiques d’un « network hubs » sous la formule A.C.T.I.V.E.
-  Adeptes précurseurs : ils ne sont pas les premiers adeptes (trend makers) mais sont précurseurs sur les membres de leur réseau.
-  Connectés : connectés à plusieurs sous groupes dans leur communauté d’influence, ils servent de passerelle entre l’information externe et ses groupes.
-  Travellers : ils voyagent (physiquement ou virtuellement) plus que les autres.
-  Informés : toujours en quête d’information et de faits chiffrés.
-  Vocaux : ils s’expriment plus et plus fort à propos d’un produit que les autres.
-  Exposés aux media : ils consultent plus et avec plus d’attention les medias de masses mais s’ils n’en font pas moins confiance à leurs amis.

Alors vous en connaissez des Network Hub vous? (je crois qu’on peut pas trouver pire comme expression…network Hub…ça craint quand même!)

En tout cas la question s’est posée de savoir dans quelle mesure les bloggeurs sont les leaders d’opinion, à la publication de la liste des blogs les plus influents par technorati. Cela avait déclenché pas mal de réactions en se demandant par exemple sur quels critères peut-on définir l’influence d’un bloggeur?



Silvae

Je suis chargé de la médiation et des innovations numériques à la Bibliothèque Publique d’Information – Centre Pompidou à Paris. Bibliothécaire engagé pour la libre dissémination des savoirs, je suis co-fondateur du collectif SavoirsCom1 – Politiques des Biens communs de la connaissance. Formateur sur les impacts du numériques dans le secteur culturel Les billets que j'écris et ma veille n'engagent en rien mon employeur, sauf précision explicite.

11 réponses

  1. Un lecteur dit :

    merci pour ton blog ; il y faut de la ténacité et c’est toujours intéressant Lazarsfeld eut des continuateurs dont Elihu Katz http://en.wikipedia.org/wiki/Elihu_Katz Vous remarquerez l’influence de Tarde Par ailleurs beaucoup de phénomènes d’aujourd’hui ont été décrits dans The Schock of the future par Alvin Toffler

  2. david dit :

    Salut
    Ton billet est intéressant et il m’aidera bien à propos de mes propres études.
    Cela dit, juste une précision. Il s’agit de la "seringue hypodermique" et non "hypothermique", idée qui a été mise en avant notamment par Harold Lasswell pour qui les médias avaient une influence directe sur les individus.

  3. bibliobsession dit :

    @ david, merci d’avoir retrouvé la source (et merci pour la correction!). C’est quoi cette étude?

  4. madi dit :

    c’est excellent ca…actuellement je suis alors comme tu etais dans tes annees d’etudes…j’ai vraiment peine a connaitre ce mot ..avec toi c’est chose comprise merci

  5. maheburwa gaspard dit :

    J’aime votre travail car ça m’aide beaucoup. J’ai fait la communication Sociale à l’Université et je travaille à la Télévision Natinale du Burundi. Allez de l’avant

  6. Bonjour, je suis très intéressé par le sujet que vous traitez. Je pense que le leader d'opinion est une pierre angulaire dans les réseaux sociaux. Mais, il ne faut pas l'isoler des autres composantes. Dans le cadre de ma maitrise, je me suis intéressé aux groupes informels dans les organisations. Je crois que pour bien comprendre les réseaux sociaux, il faut considérer quatre composantes : les communications informelles (les relations), les us et coutumes des groupes, les leaders d'opinion informels et le processus de décision informel qui fonctionnent dans ce groupe.
    À des fins de référence, je vous invite à visiter un post que j'ai fait sur ce sujet et qui décrit ces composantes :
    http://www.focus-ti.com/2009/06/16/informel-terra

  7. Le lien que vous proposez est très intéressant en effet ! merci ! (hop votre blog dans mon agrégateur 🙂

  8. ccrdbtcdr dit :

    Leaders d’opinion –
    [url=http://www.g4948148s8uicx13u3n4e6493gxbqqvts.org/]uccrdbtcdr[/url]
    accrdbtcdr
    ccrdbtcdr http://www.g4948148s8uicx13u3n4e6493gxbqqvts.org/

  1. 19 mars 2008

    […] vous avez aimé cela, je vous conseille aussi ceci”, l’ère en quelque sorte de la dissémination des leaders d’opinion. Aujourd’hui, ce qui est valorisé, c’est le conseil, la proximité, la […]

  2. 30 août 2010

    […] théorie a été remise en cause dès les années 50 par les travaux de Paul Lazarsfeld sur les leaders d’opinion et la two step flow theory, et bien d’autres ensuite. Les travaux de MacLuhan, en particulier […]

  3. 31 août 2010

    […] théorie a été remise en cause dès les années 50 par les travaux de Paul Lazarsfeld sur les leaders d’opinion et la two step flow theory, et bien d’autres ensuite. Les travaux de MacLuhan, en particulier […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.