• Non classé
  • 4

Manger en bibliothèque…

Sympa, clair et efficace! Bravo au SCD de l’université d’Orléans!

Silvae

Je suis chargé de la médiation et des innovations numériques à la Bibliothèque Publique d’Information – Centre Pompidou à Paris. Bibliothécaire engagé pour la libre dissémination des savoirs, je suis co-fondateur du collectif SavoirsCom1 – Politiques des Biens communs de la connaissance. Formateur sur les impacts du numériques dans le secteur culturel Les billets que j'écris et ma veille n'engagent en rien mon employeur, sauf précision explicite.

4 réponses

  1. Alarcon dit :

    Le slogan et le visuel sont plutôt réussi mais j’ai de sérieux doutes sur le reste du message (la forme et le fond). Si je comprends bien, dans une bibliothèque on peut : lire, s’informer et étudier. ça me semble très réducteur comme usages d’une BU, non ?

    Manger, passe encore (même si les étudiants rêvent souvent d’une cafétéria dans la BU, les pauvre fous !) mais on ne peut pas discuter ? Ce n’est pas en partie contradictoire avec le fait d’étudier (souvent en groupe).

    Téléphoner n’est pas autorisé non plus, normal. Sauf que, dans les faits, on s’aperçoit qu’il est quasiment impossible de faire respecter cette interdiction. Nous (les BU) devrions peut-être adapter notre fonctionnement à la réalité du problème et cesser d’interdire en vain certains comportements.

    La seconde partie du message me rappelle un signet de prêt distribué il y a déjà quelques années dans mon SCD, si mes souvenirs sont bons, le verbe RIGOLER était barré.

  2. bibliobsession dit :

    En fait vous avez raison. En fait j’avais surtout mis l’affiche pour le visuel mais la sélection d’usages conformes est contestable c’est vrai.

  3. Julien Maska dit :

    Et pourquoi pas voir des expositions, des vidéos, écouter des CD, chanter, danser, rire dans des bibliothèques pendant qu’on y est ? C’est un lieu d’étude, soyons tristes et mourrons de faim ! Bon d’accord j’exagère, mais je trouve cette affiche vraiment trop réductrice et moralisatrice. Ca ne sensibilise pas nos lecteurs, ça les effraie ! Je suis d’accord avec Alarcon, il vaudrait mieux réfléchir à adapter nos modalités d’accueil du public plutôt que de les interdire. Aux USA, les documentalistes de l’Université de San Diego autorisent un certain type de nourriture dans les salles de lecture et cherchent à sensibiliser les étudiants pour ne pas qu’ils manipulent les livres avec les mains pleines de ketchup ! Ils développent aussi des espaces conviviaux de discussion et de rencontre, organisent des expositions et des rencontres avec des artistes, laisse un accès libre à Internet etc … La seule chose interdite est de rentrer dans l’enceinte de la bibliothèque en skate-board !

  4. ln dit :

    Efficace et beau !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.