Interview exclusive de Bernard Strainchamps, weblibraire avec Bibliosurf!

jjg.jpg

Bernard Strainchamps est le weblibraire responsable de Bibliosurf, librairie exclusivement sur le web. Il a animé le site Mauvais genres, bien connu des bibliothécaires. Lui -même bibliothécaire en détachement, il assure des formations et des prestations informatiques auprès des bibliothéques. J’ai voulu lui poser quelques questions pour en savoir plus sur son parcours atypique et recueillir son regard sur ce monde du livre en pleine mutation numérique.

Bernard Strainchamps a aussi eu la gentillesse de m’aider à migrer mon blog de dotclear à wordpress, et m’héberge également merci à lui, en échange d’une bannière de pub qui est la seule et unique de ce blog.

A propos, j’en profite pour dire que j’ai remis en ligne l‘interview d’un autre Bernard, Bernard Majour qui avait disparue suite à la migration de mon blog sous WordPress. Désolé pour cette disparition momentannée Bernard!

Mais c’est l’autre Bernard qui est à l’honneur aujourd’hui :

Bernard Strainchamps, j’ai ouï dire que vous avez eu une autre vie avant d’être un weblibraire…parlez nous de votre parcours dans le monde des bibliothèques ?

Je me considère toujours comme un bibliothécaire. Je suis juste détaché !-; J’ai greffé la vente en
ligne sur une expérience de médiation, c’est tout. En 1995, j’ai découvert l’informatique en bibliothèque – en cuisine (mon premier métier), ce n’est pas encore nécessaire de programmer – puis Internet, en 1997. Ce fut untremplin, une géniale découverte … mais qui a aussi compliqué mon parcours en bibliothèque. Lors de mon premier poste, j’ai créé un système pour envoyer les lettres de rappel semi-automatiquement. Imbécile heureux, je pensais que mes collègues apprécieraient. J’ai été poussé vers la sortie. Deuxième poste, j’ai créé Mauvais genres. A chaque article qui paraissait dans un journal, j’étais convoqué pour un entretien houleux… Lors de mon troisième poste, j’ai créé un intranet, quand le directeur pratiquait la division et disait à l’un une chose à l’autre une autre sans jamais rien écrire. Le quatrième poste, j’ai été embauché pour fermer des cartons…


Quel regard portez vous sur l’expérience Mauvais Genres, rétrospectivement?

Ce fut 6 ans d’expériences. Un laboratoire… avec les mains dans le cambouis. J’ai appris énormément des autres, et
je reste assez fier d’avoir su créer un site qui fédérait tous les professionnels du livre et les lecteurs. C’était une
belle toile d’araignée tissée avec passion et sans aucune technique de marketing. Et les centaines de personnes qui participaient ne contribuaient pas pour avoir un nombre grandissime d’amis au compteur.


Vous avez désormais un regard extérieur sur le monde des bibliothèques…comment celui-ci vous apparait-il?

Il est sans doute différent. Je travaille avec des bibliothécaires qui font appel à moi. Je n’ai plus l’angoisse de savoir ce que va devenir le métier de bibliothécaire et ce que je vais devenir dans une structure fermée. Bibliothécaire est un métier en pleine évolution. Je pense qu’il va de plus en plus se confondre avec celui de journaliste et d’éditeur. L’ autonomie des lecteurs encouragée par le développement du libre accès au document est devenu une réalité grâce à Internet. On assiste en direct à la bibliothéconomisation de la société !

J’espère surtout que les collègues vont développer des compétences plus culturelles que techniques et résister
au discours ambiant et trop facile qui veut transformer l’usager en client. Autrement, ce sera la fin. Au moins des bibliothèques
publiques.


Comment êtes vous alors devenu weblibraire? Pourquoi avoir choisi la librairie-en-ligne et pas une boutique?

Libraire, c’est un métier. Et ouvrir aujourd’hui une boutique à Paris avec 10 000 exemplaires, c’est du domaine de
l’impossible pour quelqu’un qui n’a pas une fortune de côté. Et sans doute vain. La librairie virtuelle, c’est un premier pas qui n’engage à rien. Et qui ouvre mille perspectives.


Comment la vie d’un weblibraire se passe-t-elle au quotidien?

Imaginez ! En moins d’un an, j’ai saisi 7500 notices dans la base, sans fournisseur ! C’est un vrai travail de fourmi qui prend énormément de temps. Or je devrais consacrer moins d’un mi-temps à la librairie. Car ce qui permet aujourd’hui de me payer, de payer les charges et l’expert comptable, c’est la création de sites internet et la formation professionnelle. Dans le cahier des charges, j’ai prévu 20 jours de formation par an et 4 sites internet. Alors que je ne pensais pas atteindre les 20 000 euros de prestation de service, je vais les dépasser sans problème, sans avoir même à prospecter.

Une journée de libraire, c’est saisir des données, indexer des flux rss, repérer des articles, modérer des forums, interviewer des auteurs (il y a plus de 100 interviews sur Bibliosurf), créer des guides de lecteur. Je suis d’ailleurs très fier du petit dernier. Répondre aux clients, aller à la SFL, poster les colis, ça prend
à peine une douzaine d’heures par semaine.


Pensez vous que l’avenir de la librairie est en ligne? et de quelle manière? serez vous associé aux projets de portails de librairies?

Je n’ai jamais été contacté par le SLF. Un jour, « on m’a dit » qu’un libraire sur Internet, c’est un simple gestionnaire de catalogue. Du coup, j’ai un peu déliré autour de ce thème sur le blog des libraires de Libération. En fait, je veux bien répondre à cette question… mais comme conseiller rémunéré !-;

Je ne crois pas au guichet unique si ce n’est un système qui dit que le titre est disponible et propose ensuite au client d’opter pour une librairie proche de chez lui. Le portail des libraires, ce devrait être Dilicom, une base des librairies et quelques lignes de code en php programmées par un gamin de 15 ans. C’est tout.


Une récente polémique oppose le Syndicat de la livrairie française et Amazon à propos des frais de ports…que
pensez vous de cette question?

J’en pense rien de bon. Amazon cherche l’étouffement. Il contacte toutes les librairies de France pour proposer ses services. Même moi, ils ont osé. J’ai été heureux de la condamnation d’Amazon. La livraison gratuite que je pratique contraint et forcé me divise ma marge brute par deux.

Quel regard avez vous sur l’évolution de la chaîne du livre à l’heure du numérique?

DRM. Guichet unique de téléchargement ? Ce sont des options régressives qui ne sentent pas bons. Le papier est un support qui n’a pas dit son dernier mot. Et contrairement, à ce que certains écrivent, il est plus écolo.

Le numérique, c’est une nouvelle voie. Et je ne suis pas sûr qu’il faille appeler ce support papier électronique. Ce sont les quotidiens, les premiers touchés par les précédentes révolutions technologiques dénommées radio, télé et Internet, qui vont s’emparer de ce support. Ce sera la revanche. Mais tout reste à inventer ! En tout cas, il n’est pas difficile de prévoir que ce support entraînera de grands bouleversements dans la gestion des fonds en bibliothèque. Sera-ce le cauchemar du bibliothécaire? Bien sûr que non si ce n’est pour les décideurs qui pensent encore comme en 1995.

(267)

This work, unless otherwise expressly stated, is licensed under a Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 France License.

Silvae

Je suis chargé de la médiation et des innovations numériques à la Bibliothèque Publique d’Information – Centre Pompidou à Paris. Bibliothécaire engagé pour la libre dissémination des savoirs, je suis co-fondateur du collectif SavoirsCom1 – Politiques des Biens communs de la connaissance. Formateur sur les impacts du numériques dans le secteur culturel Les billets que j'écris et ma veille n'engagent en rien mon employeur, sauf précision explicite.

6 Responses

  1. Merci Sylvère et Bernard pour cette intéressante interview. L’expérience de Bernard montre chaque jour qu’un « vrai » libraire en ligne est tout sauf un gestionnaire de catalogue.

  2. Aldus dit :

    Merci à vous deux pour cette interview. Je trouve le travail de Bernard incroyable et absolument unique sur le web. Je ne suis pas familier avec l’univers du polar (je découvre en ce moment MacCarthy, tout arrive). La spécialisation offre bien des perspectives à mon sens même si la réalité économique est difficile, confrontée aux mêmes problèmes que la librarie indépendante. Vous auriez d’autres exemples de tels libraires interactifs qui mène des projets similaires sur d’autres thématiques ?

  3. brunochauvierre dit :

    Je regrette de vous avoir choqué. Je n’ai pas comparé Barrès à Laferrière. Seulement, ils traitent du souvenir de nos morts et de leur dynamique dans notre devenir d’une façon qui me touche. Je pense que l’on peut, au delà des opinions exprimées, apprécier un auteur. Léon Blum, pour Barrès ne s’y était pas trompé.  Que pensez-vous du livre de Christian Bobin,  « Les ruines du Ciel » où la référence aux disparus qui nous habitent est constante?

  1. 15 juin 2008

    [...] offre de livres numériques en librairie. Tu aurais vu Hubert faire signe à Bernard Strainchamps de Bibliosurf de venir se joindre à la discussion. Tu aurais entendu Bernard raconter son [...]

  2. 17 juin 2008

    [...] propos de librairie, Bernard Strainchamps (de Bibliosurf), qui intervenait pour présenter la géolocalisation des livres, a mis en ligne le [...]

  3. 19 juin 2008

    [...] PS : Pour ceux qui comme moi son fan de Bernard Strainchamps, Bibliobsession propose une interview. [...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>