Les « usagers numériques » ont aussi droit à une carte de bibliothèque!

screenshot004.jpg


Contra Costa County Library est un réseau de 26 Bibliothèques aux USA, en Californie. Il a développé un projet original et qui me semble très intéressant. Il s’agit d’une e-carte de bibliothèque. (via Libsuccess)

En effet, on considère souvent les « usagers numériques » comme inexistants. La conception même de certaines solutions informatiques pour bibliothèques fonde toute l’approche d’identification sur les cartes de lecteurs, les non-abonnés sont très mal gérés, qui plus est les « usagers numériques »

Nous sommes ici dans une contradiction (apparente) entre la bibliothèque territoriale et la bibliothèque déterritorialisée..

Apparente, car on l’a déjà dit, ici, il est temps de considérer que les gens qui non seulement ne sont pas inscrits à la bibliothèque mais qui en plus ne le seront peut-être jamais et qui plus est n’y mettront jamais les pieds sont susceptibles d’utiliser quand même nos services! (surtout si nos sites sont de plus en plus « éditorialisés » et proposent des contenus en ligne…).

En France, le réseau de bibliothèque qui a compris ça, c’est le réseaux des bibliothèques municipales de la ville de Lyon, avec notamment le Guichet du Savoir ouvert à tous les internautes.

La e-carte de bibliothèque permet donc un accès sécurisé aux services de la bibliothèque : principalement aux bases de données payantes et au téléchargement de livres lus ou de contenus audios. Il s’agit en fait d’un certificat de sécurité géré de manière informatique qui est valable 3 ans sur inscription. Évidemment, l’idée est de faire en sorte qu’une partie des « e-usagers » deviennent des « full-access usagers » et puissent à terme obtenir une carte de prêt des documents physiques de la bibliothèque, ou pas.

Finalement on peut se dire que le traditionnel service de prêt et l’accès au lieu reste central et devient même valorisé par ce genre de pratique. En effet, il y a coexistence de 2 services un « service numérique de base » et un « service premium » intégrant le prêt ! (les deux peuvent même être gratuits hein…).

La bibliothèque comme lieu loin d’être dévalorisée est au contraire rendue plus attractive…et les chiffres le montrent. Selon cet article de Computer in libraries, après quelques mois (lancement en juillet 2006, les chiffres datent a priori de mai 2007) 3 500 personnes se sont inscrites pour avoir une e-carte et 25% a finalement opté pour une « full-access card »




Quitter la version mobile