L’ACIM écrit au Ministre de la culture

capture37.png


Je relaie après
Xavier Galaup la lettre ouverte à Mme Albanel que vous pourrez trouver en intégralité sur le site de l’ACIM. Je soutiens cette initiative et je pense qu’elle est nécessaire! Il nous reste à beaucoup expérimenter, la question est bien de voir notre rôle reconnu et de tenter des expériences dans un contexte qui le permette.

Bravo à l’ACIM pour cette initiative qui me semble utile! On attend la réponse…(rêvons d’une inquiétude légitime aussi positive pour le livre numérique…)

Face à un paysage documentaire qui ne cesse de se recomposer, il nous faudrait pouvoir dessiner avec souplesse les contours de notre activité. Face à l’abondance de l’offre numérique, il nous faudrait rechercher une abondance de solutions. Sachant que demain quelqu’un trouvera un algorithme ou écrira les lignes de codes qui vont à nouveau tout ouleverser et créer un autre modèle d’exploitation de la musique ou du savoir.

Le risque est grand de voir l’écart entre les bibliothèques et l’offre musicale numérique se creuser. Faisons en sorte que notre cadre juridique nous rapproche du public au lieu de nous en séparer. S’il existe des décalages temporels entre l’action publique et les pratiques numériques, il ne faudrait pas que cela nous oblige à courir derrière le changement, alors qu’il nous appartient au contraire de l’anticiper, d’en comprendre et d’en partager les enjeux.

Les bibliothèques continueraient ainsi à incarner le point d’équilibre entre les pratiques individuelles et les formes de
vie collective, à matérialiser le point de ralliement entre les pratiques culturelles numériques et l’accès physique avec une offre documentaire ou les personnes susceptibles d’en faire la médiation.

Elles sont aidées en cela par leur implantation de proximité dans les quartiers, les villes, les départements. Lieux où
elles contribuent au quotidien à la création musicale et à la démocratisation de la culture. Espaces publics de mise en présence à soi et à l’autre où l’on sculpte la musique avec des mots, des visages, des rencontres. Les bibliothèques permettraient d’ancrer la culture numérique dans l’action publique.

Les bibliothécaires pourraient ainsi jouer pleinement leur rôle de passeur, afin de poser les balises de la mémoire, de
marquer les contenus et, à l’image des marionnettistes, de tirer les fils de l’information.

Silvae

Je suis chargé de la médiation et des innovations numériques à la Bibliothèque Publique d’Information – Centre Pompidou à Paris. Bibliothécaire engagé pour la libre dissémination des savoirs, je suis co-fondateur du collectif SavoirsCom1 – Politiques des Biens communs de la connaissance. Formateur sur les impacts du numériques dans le secteur culturel Les billets que j'écris et ma veille n'engagent en rien mon employeur, sauf précision explicite.

2 réponses

  1. irqvpqsb dit :

    L’ACIM écrit au Ministre de la culture –
    irqvpqsb http://www.g2j93t3j978eurpw535ph7n5a53di37ns.org/
    [url=http://www.g2j93t3j978eurpw535ph7n5a53di37ns.org/]uirqvpqsb[/url]
    airqvpqsb

  1. 18 avril 2008

    […] Silvère Mercier : L’ACIM écrit au Ministre de la culture […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.