A la découverte des Musées 2.0 avec Buzzeum

J’ai récemment découvert un excellent blog sur les Musées à l’ère du 2.0. Il s’appelle Buzzeum, se veut Un lieu où communication muséale et marketing des musées sont à l’affiche. Je vous invite chaudement à suivre son fil RSS qui figure en bonne place de la biblioblogosphère, comme Guest star! 🙂 Ce blog est écrit par la jolie Diane Drubray.

J’étais déjà convaincu depuis un petit bout de temps que les problématiques Bibliothèques/musées sont très proches (i.e. comment mettre en oeuvre des dispositifs de médiation entre des collections et des publics, pour aller vite), mais l’existence de ce blog et d’une blogosphère muséale rend possible des croisements féconds entre les expériences venues de nos deux mondes… et ça tombe bien puisque Buzzeum rend compte d’expériences innovantes dans les musées! Je vous invite aussi à découvrir la muséoblogosphère grâce aux liens de sa blogroll!

Histoire d’en montrer, des croisements, en terme de médiation, les audioguides payants indiquent que les musées sont comme les bibliothèques, ils doivent faire évoluer leurs pratiques… Autre exemple : je travaille dans une médiathèque qui met en oeuvre un projet de Mise en Scène des collections reposant sur la convergence du parcours thématique qu’est une exposition et du besoin d’une entrée thématique dans « la masse » d’une collection de bibliothèque…

Mais laissons la parole à Diane dont je reproduis un extrait d’une interview parue sur le Blog Calliope 2.0 :

Question :

Qu’est-ce que le musées 2.0 peut apporter aux jeunes?

Et bien en fait tout dépend ce que vous entendez par “musée 2.0″. Si vous faites référence aux nouvelles technologies issus du Web 2.0, la cible jeune a tout a y gagné étant donné que ces outils sont directement adaptés à leurs habitudes de consommation de l’information et du média. C’est à dire que l’audioguide d’une exposition à télécharger sur un iPod avant d’aller à une exposition ou encore recevoir une information complémentaire sous forme d’un média quelconque (audio, photo, vidéo) via un code QR sur son téléphone portable sont des habitudes que les jeunes peuvent prendre beaucoup plus facilement que quiconque. Etant la plus proche du service proposé, cette population a donc beaucoup à y gagné en rapidité et richesse d’information. Si par “musée 2.0″ vous entendez un musée appliquant la philosophie inhérente au Web 2.0, je dirais que là aussi la population jeune peut y gagner si elle en a besoin. En effet, pouvoir interagir instantanément avec le musée via les commentaires ou son compte Twitter ou encore pouvoir participer à l’enrichissement des collections des musées en déposant son propre contenu sont des initiatives follement incroyable pour un indvidu qui s’intéresse de près au monde des musées. La question selon moi n’est pas si les jeunes ont a y gagner mais surtout comment leur montrer ce qu’ils peuvent y gagner, comment leur parler, comment rentrer en contact direct avec eux ?! Pour info, ceci est en fait le sujet de mon mémoire de master 1 sur justement comment les musées peuvent toucher les jeunes de 18 à 25 ans via Internet.

Quitter la version mobile