Pratiques, astuces et outils de veille documentaire : Netvibes et/ou Google reader

Lorsque j’anime des ateliers de découverte des fil RSS et du web 2.0, j’ai très souvent milité pour Netvibes parce que cet outil est très visuel et que c’est un excellent moyen de découvrir et de commencer à pratiquer une veille documentaire. Je me rend compte que j’ai négligé un autre outil qui a énormément évolué : Google Reader. D’ailleurs, il semble que ce soit l’agrégateur de fils RSS le plus utilisé aujourd’hui.

Je suis donc en train non pas d’abandonner Netvibes, je maintiens la Bibliosphère comme page publique car Netvibes est le seul à proposer des « univers » mais, c’est décidé, je passe à Google Reader pour ma veille personnelle! En interrogeant quelques biblioblogeurs il semble bien que je sois pas le seul…(et même le dernier si ça se trouve!)

Quels avantages de Google Reader? Hé bien il permet une organisation beaucoup plus efficace de la veille. Là où vous devez parcourir la page Netvibes pour y repérer les fils mis à jour, Google Reader vous propose une liste ordonnée par fraicheur d’information. Il est possible de retrouver l’équivalent des onglets de netvibes via les tags qui permettent de classer les billets. En fait, Netvibes garde un aspect très « mise en page » du fait de son cœur de métier : c’est d’abord une page d’accueil personnalisable plus qu’un agrégateur de fil RSS. Google Reader au contraire permet une navigation très bien conçue et permet de gérer beaucoup de sources là où Netvibes est rapidement surchargé.

Astuce 1 : si vous souhaitez tester Google Reader avec vos propres fils : il suffit, si on a un compte google, de se rendre sur l’interface de Google Reader, et d’importer vos fils RSS que vous aurez préalablement exporté depuis Netvibes : tout est conservé, y compris les titres des onglets qui sont transformés en tags.

Google Reader permet en outre une valorisation très bien faite de la liste de partage qui permet d’afficher des billets repérés sur une page publique. j’ai d’ailleurs ajouté ma liste à mon blog ci-contre et à la Bibliosphère. L’idée est la suivante : je repère des billets qui me semblent correspondre à une information « d’intérêt professionnel général » lors de ma veille et ils sont automatiquement affichés sur mon blog. Si ça vous intéresse, je vous propose ce que j’ai proposé à mes collègues : vous pouvez suivre ma sélection des actualités hors les traditionnels Biblio-fr/livres Hebdo de 4 manières : en consultant la Bibliosphère, avec ma page publique en favori, ou son fil RSS ou encore recevoir les mises à jour du fil RSS par mail en utilisant ce service.

Astuce 2 : on peut accéder à des fonctions supplémentaires si on change la langue de Google Reader (dans paramètres) pour English. C’est systématique et c’est d’ailleurs vraiment limite de la part de google de proposer des nouveautés aux anglophones, avant les autres! Il est alors possible d’afficher son avatar et son profil dans la page publique partagée et d’ajouter des commentaires aux billets que l’on partage! On peut aussi partager des liens avec ses amis. Lionel, Hubert, Daniel et Marlène vous êtes déjà dans mon réseau, mais avez vous votre Google Reader en anglais?

Ginger, la dernière version de Netvibes, a tenté une mutation vers le « social » en proposant des favoris en partage de manière publique ou privée. Les favoris publics de Netvibes (quand vous cliquez sur l’étoile jaune à coté d’un billet) ne sont quant à eux pas exportables en dehors du service. Google Reader le permet mais mieux, via la liste partagée que je viens d’évoquer. Mais ceux qui comme moi utilisent Del.icio.us pour marquer des billets intéressants sont contraints d’utiliser dans les deux cas deux services au lieu d’un! (netvibes ET del.icio.us ou bien Google Reader ET del.icio.us). Pour Google Reader il existe bien un script greasemonkey permettant de tagguer un item dans son compte Del.icio.us mais ça ne permet pas l’envoi simultané d’un lien dans les deux services. En revanche, il est possible de mixer les fils RSS affichés sur son blog pour présenter à la fois la liste google et une liste issue d’un ou plusieurs tags de del.icio.us, grâce à ce yahoo pipes

Ni pour l’un ni pour l’autre, je n’ai trouvé un moyen de synchroniser l’envoi simultané des informations repérées au cours de la veille entre l’agrégateur et del.icio.us… La raison est simple au fond : del.icio.us est possédé par Yahoo et propose donc très peu de passerelles avec Google : on est là face aux limites de l’interopérabilité du web 2.0… Mais peut-être ai-je manqué une astuce le permettant? Si vous avez une solution pour faire en sorte de pouvoir mettre d’un clic un item de Google Reader dans la liste partagée ET dans Del.icio.us, je suis preneur.

Si je parle des outils à propos de la veille, c’est que j’aime bien prendre à rebours de ce qu’on assène souvent : le projet avant l’outil, souvent imposé sous la forme : « Mon coco faut d’abord savoir ce que tu veux faire avant de savoir comment le faire! » Hé ben moi j’en suis pas du tout convaincu, coco! Le web 2.0 propose un nombre incroyable d’outils dont l’aspect innovant fait naître des pratiques correspondant à des besoins qui ne préexistent pas toujours. Il me semble que l’interaction besoin/outil est bien plus complexe que ce qu’on a l’habitude de dire.

Parmi les fonctions méconnues de Google Reader (astuce 3) une me semble essentielle : c’est la possibilité de glisser déposer les fils RSS dans les dossiers pour les organiser à sa guise, alors qu’ils sont proposés par ordre alphabétique par défaut. Cette fonction est précieuse! Pourquoi? Parce qu’elle permet de pratiquer un des deux types de veille qui me semblent très complémentaires et pourtant inconciliables. Attention hein ce ne sont que des observations tirées de mon expérience, en aucun cas des vérités générales.

  • La veille sectorielle : c’est une veille par fraîcheur du billet toutes les sources confondues. Ce type de veille correspond à un besoin d’information sectoriel : j’ai un nombre de sources pas trop important et je veux savoir ce qu’il y a de neuf dans le secteur. Elle correspond très bien à la biblioblogophère où le nombre de source est relativement limité et le rythme de publication est possible à suivre de manière quotidienne en environ 1 heure.
  • la veille journalistique : La veille par fraîcheur de billet et par source. Là en revanche je veux me tenir au courant des actualités mais sans pour autant mélanger toutes les sources. C’est le mode que propose Netvibes alors que Google Reader propose les deux. Par exemple, il m’intéresse plus de savoir que c’est Lemonde.fr qui a publié un nouvel article que de savoir que tel autre site d’actualité à publié un article avant lui! En clair c’est la source de l’information qui est le critère premier et non sa date de publication. Ce type de veille correspond a une démarche de type journalistique car elle implique une hiérarchisation des sources d’information qui positionne par exemple les sources officielles en premier et ensuite exploite les sources non officielles, voire carrément alternatives. Le fait de pouvoir glisser déposer les fils RSS permet donc de créer une hiérarchie des sources. C’est comme ça que les fils RSS permettent d’aller bien plus loin que la lecture d’un seul quotidien national : tous les matins, sur mon mobile connecté (et bientôt sur iphone 2 yeaaahhh) je peux suivre l’actualité nationale ET d’autres sources moins officielles et souvent tout aussi, voire plus intéressantes. Je peux aussi commencer une veille professionnelle à partir du même outil : Google Reader (dont la version mobile est très insuffisante, sauf pour iphone, c’est injuste ça!)

Tout ça pour dire que je passe à Google reader, ok c’est un peu long… :-)
(551)

This work, unless otherwise expressly stated, is licensed under a Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 France License.

Silvae

Je suis chargé de la médiation et des innovations numériques à la Bibliothèque Publique d’Information – Centre Pompidou à Paris. Bibliothécaire engagé pour la libre dissémination des savoirs, je suis co-fondateur du collectif SavoirsCom1 – Politiques des Biens communs de la connaissance. Formateur sur les impacts du numériques dans le secteur culturel Les billets que j'écris et ma veille n'engagent en rien mon employeur, sauf précision explicite.

12 Responses

  1. Oui monsieur, mais je n’utilise pas la fonction de partage de Google Reader.

    Autre avantage (énorme) le moteur de recherche qui permet de chercher (très bien) dans l’historique de vos flux.

    Le couplage Delicious est possible avec les fils RSS Feedburnerisés, qui t’ajoutent en fin de billet des possibilités sociales (digg, delicious, etc.). Mais sinon, non.

  2. Lionel Dujol dit :

    ok silvere i’m gonna try the english version

  3. Lionel Dujol dit :

    Autre avantage, Google gear turbine avec la version anglaise. Du coup possible de consulter son agrégateur sans être connecté au web !

  4. Chaque tag de del.icio.us a son propre fils rss, par exemple http://del.icio.us/rss/tag/23things ou bien http://del.icio.us/rss/deborah.fitchett/23things. Donc on peut souscrire a un tel fils, puis ajouter ce tag aux trucs qu’on veut partager (soit billets au Google Reader, soit autres sites au web) – les voila a del.icio.us, et lorsqu’ils apparaissent a Google Reader on peut cliquer sur « Partager/Share ».

    Cependant… normalement ca marche bien et je l’ai fait moi-meme, mais aujourd’hui quand je fais l’experience il y a quelque chose qui marche pas entre Google et delicious. Mon vieux fils est toujours la mais pour ajouter de nouveaux, rien. Peut-etre ca va se reparer plus tard, je sais pas…

  5. Alexandra Leveille dit :

    Avantage… le script Google Reader Filter, le nom le dit!

  6. @ Deborah : Merci! C’est astucieux mais ça oblige toujours à une double action dans les deux services…
    @ alexandra : ok le script fonctionne mais j’en vois pas l’intérêt pour l’objectif…

  7. Diogène dit :

    Salut,

    je suis tombé sur votre site par hazard et cette article m’a intéressé, personnellement j’aime pas trop utiliser les services google, insertion de pub à tout va, de plus sauvegarde massif de l’utilisation des services des utilisateurs, quand à netvibes je trouve pas ca si génial, ne serait ce que pour un point l’impossibilité de relever les flux par période de temps réguliere sans se connecter, c’est pourquoi j’utilise thunderbird qui est perfectible certes mais au moins il scanne toutes les heures comme je lui ais dit ce qui est important pour des flux qui propose énormement de news, seule probleme rencontrer c’est l’imcompatibilité de certains lien de flux rss que thunderbird ne peut lire

  8. Aurélie dit :

    Les fonctionnalités de Google Reader sont en effet intéressantes, et Netvibes est évidemment très perfectible. Mais il n’y a rien à faire, je ne peux pas me résoudre à laisser une once de données personnelles supplémentaire chez Big Brother… Je pense que je lui en donne déjà suffisamment malgré quelques extensions Firefox pour paranos et un usage modéré de ce moteur (mais que les réflexes ont la vie dure !).
    J’ai bien conscience qu’il ne s’agit que d’une position de principe et que Netvibes détient certainement plein d’informations à mon sujet ; mais je me dis aussi que moins je laisse de traces, et plus je les dissémine, mieux je me porte !

  9. sylvain dit :

    A tout hasard je vous signale une alternative plutôt bien faite, sortie de l’Orange Lab (mais oui c’est français, au moins côté société mère) : http://www.bubbletop.com . Comme quoi chez Orange on a compris les faiblesses de Netvibes et on cherche à faire mieux… ;-)

  1. 8 octobre 2008

    […] de la veille avec un agrégateur de fils RSS, le plus compliqué n’est pas de trouver les bons outils mais les bonnes sources. Wikio est très pratique pour ça. Cet agrégateur de contenus propose tous […]

  2. 5 novembre 2008

    […] l’ai annoncé il y a quelques temps : je n’utilise plus Netvibes, je suis passé à Google Reader. Il me fallait un outil qui […]

  3. 5 janvier 2011

    […] Google reader, pas très original, mais il est toujours plus efficace et souple que Netvibes quand on dépasse un certain nombre de sources. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>