EXIGEONS de nos prestataires des fonctionnalités 2.0 sur nos OPAC!

Parce que c’est nous, bibliothécaires, qui devons dire à nos prestataires ce que nous voulons et surtout pas l’inverse, parce qu’ils ont des intérêts commerciaux à nous vendre du « 2.0 propriétaire », à réinventer la poudre en fournissant des CMS fermés ou à aller tellement lentement qu’ils contribuent largement à renforcer l’inertie de nos organisations, je relaie ici l’excellente idée de Laurent de Jvbib cet été.

Participez sur Bibliopedia, le wikipedia de la bibliosphère, à l’élaboration collective du cahier des charges du site de bibliothèque et de l’opac de vos rêves!

L’idée de cette page est de recenser tout ce qu’on attend aujourd’hui d’un site de bibliothèque, et en particulier de la partie opac. On peut bien sûr se baser sur ce qui existe déjà, mais sans s’y limiter.

Quelques exemples d’idées pour l’instant :

* Sous chaque document peuvent s’afficher les avis et chroniques publiés sur d’autres sites (amazon/allociné, autres bibliothèques)
* C’est l’utilisateur qui choisit parmi celles proposées quelles sources il souhaite afficher sous les notices.
* Chaque notice dispose d’une url fixe , et lisible
* Chaque exemplaire dispose d’un flux RSS sur son état

Encore une fois ça ne se fera pas tout seul…participez ! (78)

This work, unless otherwise expressly stated, is licensed under a Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 France License.

Silvae

Je suis chargé de la médiation et des innovations numériques à la Bibliothèque Publique d’Information – Centre Pompidou à Paris. Bibliothécaire engagé pour la libre dissémination des savoirs, je suis co-fondateur du collectif SavoirsCom1 – Politiques des Biens communs de la connaissance. Formateur sur les impacts du numériques dans le secteur culturel Les billets que j'écris et ma veille n'engagent en rien mon employeur, sauf précision explicite.

  • http://labibapprivoisee.wordpress.com Lionel

    Effectivement très bonne idée de Laurent ! A nous bibliothécaires de nourrir ce cahier des charges et surtout de le défendre auprès de nos prestataires ….

  • chr!s

    ….et de leurs concurrents.

  • blablabliblio

    « Chaque exemplaire dispose d’un flux RSS », je ne vois pas l’intérêt de ce flux.
    Pour un titre, le flux serait « disponible », « emprunté »,  » en réparation », disponible », « emprunté », « disponible », « emprunté », « disponible », emprunté » …
    Ou alors j’ai mal compris.(?)
    Je préfére poser une alerte sur un ouvrage pour être informé dès que celui ci est disponible (ou le réserver).

  • http://www.bibliobsession.net bibliobsession

    @ blablabiblio : ainsi formulé c’est pas faux! trop de flux tue le flux… mais bon actuellement y en a plutôt pas assez dans les catalogues de biblitohèques

  • blablabliblio

    De plus, je ne pense pas que les SIGB conservent les anciens états des ouvrages, ce qui signifie que ce ne sera pas un flux (une suite de données encapsulées en xml) mais une seule donnée correspondant à l’état présent de l’ouvrage, soit « disponible » ou « emprunté » etc…

  • http://biznesofis.ru/ мумхе

    их больше было О_о

  • http://rfbanks.ru/ Красавчик

    здорово)

  • http://goarenda.ru/ Joy

    Вам спасибо – за тёплый приём )

  • http://fitnesworld.ru/ DpyuD

    Большое спасибо! Есть ещё повод получить удовольствие… С вашего разрешения, беру.

  • http://rus-leader.ru/ Сергей Т.

    Забавно. :-)

  • http://avto-leader.ru/ Hrom

    потрясающие идеи…нам перенять бы …великолепно.

  • http://sportadres.ru/ Georg

    Интересненько=)

  • http://pokypki.biz/ Bus

    « Хорошо пишешь »

  • http://www.carsegment.ru/ Алекс-КТС

    « Блог в ридер однозначно »

  • http://www.buhgalter-plus.ru/ Путен Петруша

    Ну почему вы решили вот так? Сомневаюсь, каким образом раздвинуть данную гипотезу.

  • http://www.ntorgovlya.ru/ Maksimka
  • http://www.ntorgovlya.ru/ Maksimka
  • http://www.ntorgovlya.ru/ Maksimka
  • http://www.ntorgovlya.ru/ Maksimka
  • http://www.ntorgovlya.ru/ Maksimka
  • Pingback: Bibliobsession » Les SIGB sont-ils ringards ? par Jacques Kergomard