Pourquoi ne pas proposer Firefox sur les postes publics des bibliothèques ?

closeCet article a été publié il y a 5 ans 7 mois 12 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour, ou pas !

La très grande majorité des bibliothèques publiques françaises propose à ceux qui fréquentent ces lieux un accès à Internet. C’est même pour une très grande majorité des publics une des raisons principales de venir à la bibliothèque. Une récente étude, publiée par le Monde et commentée par Sophie montre que :

“… Plus de la moitié des Américains disent s’être rendus dans une bibliothèque l’an dernier, la plupart pour l’accès internet qu’elles proposent plus que pour les livres”

S’il existe une grande diversité de manière de les proposer ces accès (je parle d’accès physiques, pas de Wifi hein), on note une constante : la présence de navigateurs sécurisés fournis par des prestataires, souvent les mêmes qui proposent le système d’information de la bibliothèque. Dans nombre d’établissements, ces accès sont proposés à tout un chacun sans adhésion, sauf peut-être dans les BU où, sans le sésame du CRI, DSI ou assimilé (le service informatique quoi), on n’entre pas, ou alors au terme d’un parcours du combattant parfois hallucinant ! Ce dernier point pose d’ailleurs la question suivante, là encore très différemment prise en compte d’une BU à l’autre : Les Bibliothèques Universitaires sont-elles des lieux exclusivement réservés à la communauté étudiante, à l’heure de l’apprentissage tout au long de la vie ? (qu’on ne me rétorque pas une concurrence fantasmatique entre établissements de lecture publique et établissements universitaires). Mais c’est là un autre débat…

Revenons à notre navigateur : sous le terme sécurisé, se cache en fait un certain nombre de limitations de l’usage, destiné à empêcher tout paramétrage du navigateur par les usagers (usage des raccourcis claviers sensibles, accès aux options de configuration, etc.). Logique et nécessaire quand on connaît le nombre de personnes qui se connectent chaque jour.

En revanche, on aborde jamais l’outil navigateur sous un autre angle : celui de la mise en valeur des services et des accès à la bibliothèque. Concrètement : lorsque je suis sur une page web sur laquelle se trouve un ISBN, celui-ci est reconnu et un lien apparaît pour m’indiquer si le livre correspondant est disponible ou non dans la bibliothèque où je me trouve (bon vous emballez pas c’est loin d’être possible sur tous les SIGB, malheureusement) c’est possible grâce des scripts Greasemonkey qui permettent de disséminer les accès aux ressources documentaires que l’on propose DANS la bibliothèque. Relativement complexes à expliquer à distance (quoique, avec un bon tutoriel, pour des publics motivés…), si ces fonctions sont pré-installées sur des postes informatiques publics, il est alors possible d’une part d’en tester la pertinence et d’autre par d’en assurer la promotion, au moins auprès des publics locaux !

Le problème, c’est que, bien sûr, ces navigateurs sécurisés fournis par les prestataires sont propriétaires et que leur paramétrage est le plus souvent très limité. Or les outils de de dissémination des accès sont en grande majorité développés sous Firefox(notamment Greasemonkey, un des plus riches et des plus fascinants). Alors comment utiliser Firefox pour les postes publics, dans nos bibliothèques ?

La réponse est dans ce billet en anglais : Using Firefox On Our Public Computers qui liste les extensions firefox à installer pour à la fois sécuriser les accès et favoriser les ressources de la médiathèque. Voici la liste (en gras l’extension permettant d’assurer la sécurité).

  • Public Fox – this is designed to make Firefox a public web browser, as opposed to being used and customized by a single, private person. We’re using it to lock down add-ons, preference, about:config, and a few other things, as well as control what file types can be downloaded
  • Menu Editor – also for the control freak in us, this one lets us remove menus from the tool bar (we’re getting rid of bookmarks, help and history)
  • Greasemonkey – one of my favorites, this lets us embed custom coding on webpages, such as a link from Amazon to our catalog, and helpful links on our catalog’s “no search results” page (more info on those on our Tech Tools page)
  • Add To Search Bar – this fun one lets us easily add our library catalog right to Firefox’s search bar. The other searches we chose to include are Google, Yahoo, Amazon, the Internet Movie Database, Answers.com, Wikipedia, and Merriam-Webster
  • IE Tab – For all of those “Best viewed in Internet Explorer” websites, this one lets you toggle back and forth between the Firefox and IE rendering engines, so IE-only pages and scripts will load in Firefox
  • Image Zoom – just like what it sounds, this adds zoom controls to the right-click menu, to make images bigger and smaller. This one is most useful to patrons who get emailed digital photos at 1024 x 768 resolution, which is too big for our screens. This lets them zoom out so they can see all of their grandchild’s face at the same time
  • Update 5/30/08: Print Preview – We realized that we had forgotten to put the Print icon on the toolbar, and then that Firefox didn’t seem to have a native Print Preview toolbar icon. This Add-On gives us the Print Preview icon

Il reste pourtant nécessaire d’utiliser des outils de gestion de parc informatique à partir d’un certain nombre de postes. Rappelons enfin que Firefox est un outil open source, dont l’efficacité n’est plus à prouver et qui repose sur une communauté qui en fait un outil extrêmement souple, tout ça gratuitement….

On pourrait même aller plus loin, en proposant à l’avenir un véritable bureau virtuel ouvrant toute la palette des usages du web. A l’heure où de plus en plus d’applications passent par le navigateur, n’est-il pas temps de nous réapproprier ces outils pour proposer une expérience utilisateur liée à nos missions ?


Related Posts with Thumbnails
Auteur : Silvae (1101 Posts)

Je suis chargé de la médiation et des innovations numériques à la Bibliothèque Publique d’Information – Centre Pompidou à Paris. Bibliothécaire engagé pour la libre dissémination des savoirs, je suis co-fondateur du collectif SavoirsCom1 – Politiques des Biens communs de la connaissance. Formateur sur les impacts du numériques dans le secteur culturel Les billets que j'écris et ma veille n'engagent en rien mon employeur, sauf précision explicite.

Author Info

If you enjoyed this post, make sure you subscribe to my RSS feed!

This work, unless otherwise expressly stated, is licensed under a Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 France License.

About Silvère Mercier

Je suis chargé de la médiation et des innovations numériques à la Bibliothèque Publique d’Information – Centre Pompidou à Paris. Bibliothécaire engagé pour la libre dissémination des savoirs, je suis co-fondateur du collectif SavoirsCom1 – Politiques des Biens communs de la connaissance. Formateur sur les impacts du numériques dans le secteur culturel Les billets que j'écris et ma veille n'engagent en rien mon employeur, sauf précision explicite.
  • biblioroots

    article intéressant….

    il est évident que les solutions intégrées de gestion du multimédia savent séduire les bibliothécaires qui ne maitrisent pas le domaine et peuvent céder à la « paranoïa » sécuritaire….

    j’ai été responsable d’un ECM et de l’informatisation de 2 bibliothèques et pour ma part je n’utilise ni ne préconise de solutions propriétaires….

    avec une bonne maitrise du paramétrage des comptes utilisateurs windows (ou linux ou autre) on peut déjà limiter les risques de corruption des postes (notamment en empêchant toute installation de programmes).

    en amont il faut mettre en place des systèmes de réinstallation des postes (live cd par exemple en cas de gros plantage), il faut bien paramétrer ses routeurs et boitiers réseaux de sécurité, ou utiliser le système IP COP qui est open source il me semble (c’est une distri linux pour serveur qui permet de filtrer les adresses visitées…)…..

    en tout cas si vous avez peur pour la sécurité informatique il est clair qu’il faut alors se tourner vers l’open source qui assure une meilleure stabilité, une meilleure réactivité et une plus grande souplesse d’utilisation….

    bien sur tout les postes doivent avoir firefox en complément d’explorer, et en tant que bibliothécaire nous devons le promouvoir, d’ailleurs si firefox n’existait pas le web 2.0 serait arrivé en 2010 et ne serait pas le même.

    pour ma part firefox est LE navigateur le plus adapté et ce quel que soit vos usages du web !!!!! et mon retour d’expérience professionnelle ne peut que me conforter, les opac et les postes publics et pro tournant par défaut sous firefox, thunderbird pour les messageries pro (outlokk à la poubelle) et OOO pour la bureautique (oui je sais vous adorez les fichiers docx de word 2007 !!! c’est bon open office 3 les lira !!!)

    je préfère prendre cela en main en collaboration avec les SI ou un prestataire externe pour que mon outil de travail corresponde à mon besoin et surtout à celui des usagers plutôt que d’investir sur des solutions couteuses, qui parfois, n’arrivent même pas à réaliser ce qu’on peut faire simplement avec quelqu’un de compétent….

    voilà, dans un monde libre les logiciels le sont aussi…

    ps : bonne chance à tous ceux qui comme moi vont bientôt passer les oraux du concours de bibliothécaire (en externe siouplait!!!)

  • http://www.bibliobsession.net bibliobsession

    Bravo pour ton admissibilité! (tu passeras sans pb l’épreuve d’informatique…) ;-)

  • biblioroots

    merci !!! j’espère y arriver, je vois que tu as mis dans tes derniers bouquins le très bon « du bon usage de la piraterie » j’en profite pour dire que ce livre est diffusé sous licence creative commons gratuitement au format pdf, sxw, doc, audio…

    à cette adresse entre autres :

    http://www.freescape.eu.org/piraterie/remix.html

    voilou….

  • le SI

    Intéressant mais alors comment gère-t-on :

    - l’ouverture de sessions windows nominatives
    - l’identification des usagers (responsabilité des sites visités)
    - la limitation du temps de connexion
    - la facturation des impressions

    Les produits d’archimed par exemple permettent tout cela, ainsi que la navigation par un explorer dérivé d’IE, à l’ergonomie … sommaire, mais le tout est parfaitement bridé, sécurisé , limité et contrôlé. Comment faire tout cela avec uniquement firefox, hmm?

  • biblioroots

    ouverture nominative de session windows : pourquoi faire ????

    identification des usagers par croisement de sources : on tient un calendrier de résa et d’occupation des postes avec excel (ou autre) et le numéro de carte de lecteur.

    en cas de problème, on identifie l’ip de l’ordinateur et on croise l’heure du problème avec le calendrier de réservation/utilisation des postes… on sait donc qui était sur quel poste à quelle heure ….

    la limitation du temps de connexion : je la gére humainement , c’est à dire que la durée est stipulée dans le règlement intérieur, en cas de souci j’ai donc la légitimité d’intervenir et je ne me gêne pas, au bout de quelque temps de fonctionnement tout les usagers savent à qui ils ont affaire, ce qu’ils peuvent faire ou non….

    en cas de problème on peut utiliser un VNC qui permet en tant qu’administrateur d’agir et de contrôler des ordis à distance,

    autre solution , il existe des « shutdown tools » sous windows server qui permettent d’éteindre ou de limiter l’usage d’un poste (à vérifier plus en détails)

    la facturation des impressions, j’ai imprimé des cartes d’impression en carton que je vends aux usagers, les impressions se font sur demande, je coche la case à chaque impression sur la carte « prépayée ».

    Je pense qu’on est sur deux pb différents : firefox est un navigateur qui permet de MIEUX gérer les accès et la sécurité mais aussi et surtout de profiter de toutes les potentialités du web (notamment grâce à son respect des standards et à sa souplesse de « pluginisation »).

    La sécurité des postes publics se gère en amont, et il faut rappeler que ce n’est nullement un but en soi…

    en tant qu’administrateur je me dois : de veiller à ce que l’intégrité des données et du réseau ne soit pas remise en question, de conserver les logs durant un an, ils doivent être en théorie cryptés et accessibles sur requête du juge d’instruction et de lui seul.

    même l’administrateur ne devrait pas voir clairement le contenu de ces logs.

    en tant que responsable de l’ECM : je me dois de faire respecter les lois françaises et le règlement intérieur de la bibliothèque, rien de plus…

    donc pour quoi brider autre chose techniquement que ce qui est illégal ???

    pour le reste il y a le professionnel, sa compétence et son rôle de MEDIATEUR comme insiste souvent Sylvère. En trois ans et la réception de publics très différents (ados adultes retraités , publics dits difficiles…), je n’ai eu qu’un problème qui a été réglé avec la méthode de croisement.

    J’ai ensuite « pris l’usager entre quatre zyeux » comme disent les anciens et il n’a tout simplement jamais recommencé, sous peine d’exclusion.

    les sites bloqués le sont grâce à l’ip cop et doivent l’être pour des raisons sensées et argumentées par un professionnel du domaine.

    les « peurs » sont par définition irrationnelles et n’ont pas à rentrer en ligne de compte si elles sont illégitimes….

    aaaaaa la peur l’angoisse ça fait vendre on le sait, mais alors la peur du bibliothécaire ça rend carrément des gens riches !!!!

    pensez à ces cabinets d’études, ces éditeurs de progiciels, et ces « professionnels » en situation de quasi monopole…………

    on parle de longue traine mais quelle niche confortable et riche nous formons pour certains……. !!!!!!

    « y’a pas de problème… y’a que des solutions »
    « il faut tenter l’impossible pour savoir ou le possible s’arrête »

    dixit mon père !!!

    pour utiliser le bien commun il faut se soumettre à des règles sinon c’est l’anarchie….

    bien expliqué ; ce concept, tout le monde est à même de le comprendre.

    deuxième chose………. nous avons une mission universalistes de diffusion culturelle…. et c’est ce qui doit primer.

    un accès internet au rabais c’est comme une bibliothèque sans romans :INCOMPLET….

  • biblioroots

    @bibliobsession : j’ai un com qui passe pas c normal ???

  • http://www.bibliobsession.net bibliobsession

    Désolé, mon antispam me joue des tours : voilà c’est réparé! et merci pour ta réponse très complète!

  • MxSz

    « identification des usagers par croisement de sources : on tient un calendrier de résa et d’occupation des postes avec excel (ou autre) et le numéro de carte de lecteur.

    en cas de problème, on identifie l’ip de l’ordinateur et on croise l’heure du problème avec le calendrier de réservation/utilisation des postes… on sait donc qui était sur quel poste à quelle heure ….

    la limitation du temps de connexion : je la gére humainement , c’est à dire que la durée est stipulée dans le règlement intérieur, en cas de souci j’ai donc la légitimité d’intervenir et je ne me gêne pas, au bout de quelque temps de fonctionnement tout les usagers savent à qui ils ont affaire, ce qu’ils peuvent faire ou non…. »

    Nous, on a ce système chez nous, et en vérité, je vous le dis, c’est hyper relou. Concrètement, ça veut dire que l’étudiant doit aller voir un gentil bibliothécaire qui va noter son nom, son prénom, son numéro d’étudiant, le tout dans un zoli fichier excel, au cas où…
    Et en plus un tel système fonctionne si les postes internet sont situés au même endroit. Nous, notre bib fait plusieurs milliers de mètres carrés, et on aimerait bien qu’il y ait des postes un peu partout (peut-être, on peut rêver,etc.).
    Alors, un bib par poste ?
    Je veux bien indiquer où sont les toilettes, débourrer une imprimante, trouver des billets de train pas chers sur internet, et même faire une recherche sur le catalogue, mais faire le garde-chiourme (« désolé, l’heure est passée »), ça me gonfle vraiment.

    ps : désolé, je parais un peu énervé, mais c’est pas tant contre biblioroots que contre la lourdeur de notre machin, en local. On attend comme le messie l’ouverture de sessions nominatives.

  • L

    Oui, encore une fois il nous faudrait la possibilité de relier les comptes lecteurs à des ouvertures de sessions, mais sans forcer l’usager ensuite à utiliser un navigateur propriétaire à « l’ergonomie … sommaire ». Le mieux c’est qu’on lui offre une expérience d’internet telle qu’il la vivrait sur son ordi, pas via une interface bridée.

    Donc, on a dit :
    - firefox pour le navigateur
    - il nous reste à lister d’autres outils pour ne pas avoir à gérer à la main ce que dit biblioroots

  • biblioroots

    @mx évidemment pour des « milliers de m² » et des centaines de postes ça paraît dur de gérer tout ça « à l’ancienne »…

    en même tps pas besoin de tout détailler non plus : le numéro de carte de lecteur peut suffire largement….

    je comprends ton problème, mais j’ai déjà évoqué des solutions pour la gestion du temps de session : CELA SE GERE AVEC WINDOWS SERVER !!!! par exemple en automatisant la fermeture des postes et en obligeant chaque sortie de veille par une identification …. tu peux aller plus loin, beaucoup plus loin avec des VNC …… et je ne suis qu’ »ingénieur documentaire » je n’ai rien d’un vrai informaticien donc je ne te parle de ce que je connais de but en blanc.

    en approfondissant tes recherches ou en contactant de VRAIS informaticiens tu serais étonné de ce que certains arrivent à faire !!!

    je ne dis pas avoir LA solution car elle n’existe pas et il n’y a bien que les vendeurs de solutions intégrées pour vous faire croire que ça existe !!!!

    mon fournisseur est une entreprise informatique, le type est un bon …

    il m’a dit et prouvé que ce que fait une solution intégré un bon informaticien le fait aussi …. d’ailleurs c’est logique car sinon comment ils y arriveraient ARCHIMED (grâce à la fameuse poussée ?? avec l’aide de bill gates ???).

    ce que font les systèmes intégrés c’est rassembler en une interface « pour les nuls » ce qu’on fait aisément de façon logicielle et/ou matérielle…

    par exemple le fichier des lecteurs qui gère l’authentification ce n’est que la migration d’une base de donnée (le fichier lecteur) vers une autre : le fichier utilisateur de votre gestionnaire de multimédia.

    avec du libre……. on migre une BDD vers une autre en moins de deux notamment avec MySql …., c’est ce que vas faire archimed chez vous d’ailleurs et pulcra le fait très bien aussi.

    on peut aussi citer « les supers portails » vendus avec qui ne sont qu’une intégration (minima) limitée de CMS et ou outils de blogging comme spip joomla ou wordpress qui sont opensource…..

    ils ne dorment pas, nos fournisseurs car eux savent s’approprier les technos libres car ils y gagnent commercialement (cout de développement moindres…)

    ce débat dépasse mon métier et je ne t’apprends rien en te disant :

    que si tu veux aider quelqu un tu lui apprends à pêcher, tu ne lui donnes pas du poisson……..

    je ne critique pas pour le plaisir, j’essaie de faire partager mes connaissances, d’apprendre aux autres à pêcher…

    quand tu partiras de ta biblio quelle valeur ajoutée auras tu retiré de cette expérience ??? aucune !!!! car tout le retour d’expérience bénéficiera à ton fournisseur qui améliorera son expertise et son offre et cela lui permettra de conquérir d’autres part de marché c’est tout…

    c’est une philosophie que je défends pas mon logiciel !!!!

    je me suis par exemple donné du mal pour apprendre à maitriser joomla éventuellement pour créer un portail pour ma bibli en le maitrisant à 100 %

    j’ai acquis une compétence, la bibli aura son résultat et je peux retransmettre cette compétence mille fois…. ce que tu ne pourras jamais faire…

    la connaissance ne se capitalise pas tu le sais, c’est une des rares choses qu’on peut transmettre,donner,partager sans rien y perdre bien au contraire………..

    Le vrai problème c’est que les gens compétents de chez nous se font débaucher par des sociétés qui ont bien compris comment marchaient les bibliothèques …. car les bibliothèques refusent les voix qui remettent les choses en question … mais le privé les écoute très fort !!!

    on est plusieurs a avoir été approchés (moi même d’ailleurs) par des bureau, éditeurs progiciels et j’en passe……..

    à toi d’y réfléchir

    je n’arrive pas en disant je sais tout mais en disant j’ai quelque chose à apporter…. sans arrière pensée aucune ni sans intêret particulier.

    je dis ça pour toi, pour moi pour ceux qui payent nos salaires et l’argent qu’on utilise, pour que l’argent des gens, et dieu sait si aujourd’hui c’est dur, soit utilisé avec plus de responsabilités.

    libre à vous de signer des chèques avec l’argent des autres sans aller au bout des réflexions,

    je n’aime pas que d’autres le fassent alors je ne le fais pas…

    c’est peut être moraliste ou idéaliste mais cet argent que tu dépenses c’est quelque part aussi le mien et le tien non ????

    voilà pour moi ……. pas de souci et sans rancunes je ne veux vraiment pas passer pour ce que je ne suis pas, certes je critique beaucoup mais j’essaye toujours d’être constructif.

    • Lucievanderscmidt

      Ton discours « Open » commence à me sortir par les trous de nez mon gaillard. Franchement quand t’auras quitté ton poste, qui assurera le transfert de compétences auprès de la nouvelle équipe ? Tout le monde ne fait pas dans la bidouille.Fais un comparatif entre les différentes solutions  dont celles qui viennent du monde libre (sur un marché à 4 ans, où se trouve l’économie ?)Les prestats d’install tu crois que c’est gratuit et le matos ?les prestats de formation ?Et le paramétrage qui s’en occupe ?Tu crois qu’avec le libre on n’a plus de coût d’exploitation  ?
      C’est quoi ce délire !C’est juste un modèle éco différent.Tout le monde n’est pas fana de l’informatique, moi l’informatique me fait chier, et je suis bien contente de profiter de cet assistanat.

  • MxSz

    @biblioroots,

    Merci pour ce long commentaire, qui correspond bien à l »esprit de bibliobsession.C’est-à-dire engagé (dans la cause du libre), informé, et ouvert d’esprit.

    Moi, je fais parti des bib qui n’ont pas de formation en informatique, que ça intéresse cependant, mais qui ne gère pas ça, ni au quotidien, ni exceptionnellement. Alors oui, je suis tout à fait convaincu par tes arguments, pour autant que je les comprenne tous… Car je suis plutôt dans la position de la personne qui appelle l’informaticien parce que ça ne va pas sur son poste. Autant dire 95% de la profession.

  • http://davidolib.wordpress.com/ Davidolib

    Merci pour ce débat. Les arguments se tiennent et se valent des deux côtés. Le problème, c’est qu’Archimed vend des produits informatiques à des bibliothécaires, qui sauront peut-être les utiliser, rarement au maximum des leurs possibilités, et sauront – ou en tous cas devrait – être compétent sur un portail, un opac, des services, mais beaucoup moins sur la sécurité informatique. De plus, ne nous leurrons pas sur la qualité du bridage du système d’Archimed, j’ai vu nombre d’utilisateur, pas parmi les plus chevronnés, passer « par dessus » très facilement. Normal, puisque les bibliothécaires n’ont pas les compétences pour tester le système.
    Pour la gestion des impressions des sessions, les produits Archimed fonctionnent très bien, reconnaissons leur ça.
    N’empêche qu’ils continuent à nous vendre très cher des produits alors qu’en effet des solutions existent à moindre coûts, quand elles ne sont pas gratuites. C’est la raison pour laquelle il faut quelques bibliothécaires avec des compétences informatiques, qui sauront appréhender les problèmes de sécurité. C’est aussi la raison pour laquelle il nous faut dans les bibliothèques des informaticiens qui sauront apporter des solutions.
    Quant à AIE, j’ai compris ma douleur le jour où j’ai été amené à l’utiliser dans une bibliothèque où j’étais de passage…

  • jeff

    “Pourquoi ne pas proposer Firefox sur les postes publics des bibliothèques ?”
    Parce que
    1 : Firefox ne vaut rien et c’est pire qu’une passoir pour les hackers
    2 : Sa a besoin de beaucoup trop de ressources, sa rame etc…
    Je pourrai faire un roman des défault de Firefox mais je vais en rester là

  • MxSz

    @jeff
    Pourquoi en « rester là » ? A titre personnel, je n’entends jamais que du bien de Firefox, et tout le mal possible de IE. Prenez le temps de nous dire ce qui rame, etc., afin que nous puissions en savoir un peu plus sur les avantages/inconvénients respectifs des deux vedettes du net (et tant qu’à faire, un défenseur/promoteur d’Archimède serait le bienvenu aussi. A titre professionnel, je serais curieux de savoir comment cette boîte se défend face aux critiques).

  • Pingback: Bibliobsession 2.0 » Décalog propose une solution d’espace public multimédia fondé sur la distribution open source Ubuntu

  • Pingback: 5 à 7 Firefox et ses extensions pour la veille « Les bibliothécaires masquées