Demain, des compétences en ergonomie éditoriale dans les bibliothèques ?

J’évoque souvent ici le nécessaire travail de « médiation numérique« . Cela suppose, outre la maîtrise d’outils types blogs et consorts, un projet, une démarche éditoriale et bien sûr un contenu. Celui-ci doit être adapté à la forme sous laquelle il est diffusé. En effet, bien loin d’une simple transposition du média écrit le numérique, les textes que nous écrivons doivent être eux-mêmes formatés pour une lecture sur écran. De plus, un site web a ceci de particulier que les mots qu’il contient sont des méta-données qui vont en assurer la trouvabilité au moyen d’un référencement efficace. On peut alors parler de webwriting :

Le webwriting couvre tout ce qui touche à l’écriture pour le Web. Le Web est un média en tant que tel, qui a ses propriétés et donc ses règles. Une stratégie éditoriale en ligne a donc des particularités : elle tient compte de facteurs tels que l’eye-tracking, le référencement, l’ergonomie, la navigation incitative, l’accessibilité, etc.

Si la dimension de l’accessibilité est de mieux en mieux prise en compte sur les sites de bibliothèques qui développent des services pour les publics mal et non-voyants, il faut souligner que nous n’en sommes vraiment qu’au début de la prise en compte des autres dimensions évoquées dans la définition ci-dessus. Les bibliothèques sont des institutions… et communiquent comme telles : mal ! Rassurons-nous, c’est le cas de beaucoup d’autres organismes. Ces problématiques sont à ce point importantes aujourd’hui qu’émerge un nouveau métier : celui d’ergonome éditorial. Vous en saurez plus en lisant l’interview d’Eve Demange, auteur du blog Plume Interactive, parue sur Presse-citron il y a quelques jours :

Je suis spécialiste en ergonomie éditoriale. C’est-à-dire que je réponds à la question : “Est-ce que le contenu de votre site, les terminologies, les articles, l’aide, les conseils, etc. permettent à vos internautes de trouver ce qu’ils sont venus chercher ?”

Précisant pourquoi elle emploie « ergonomie » plutôt que rédaction, elle précise dans ce billet de son blog :

L’ergonomie améliore l’utilisation des sites Internet en repensant un certain nombre d’éléments comme la structure de l’information, l’enchainement des pages, le design. L’ergonomie éditoriale s’assure que les termes utilisés pour guider la navigation sont suffisamment clairs, suffisamment courts, qu’ils permettent aux visiteurs de trouver leur chemin facilement. Il ne s’agit pas de rédiger ou réécrire un texte en l’adaptant à la lecture web (même si cela améliore aussi l’ergonomie éditoriale), il s’agit de peser les mots. C’est un travail différent, spécifique au média web. Un bon rédacteur web peut faire ce travail, mais également un designer d’expérience ou un ergonome sensible à l’éditorial.

Sans se réduire à des règles (ce serait trop simple), l’ergonomie éditoriale n’est pas avare de « bonnes pratiques » voici quelques conseils issus de ce billet :

En 1997, Jakob Nielsen faisait déjà le constat que les internautes ne lisent pas les textes sur un site mais scannent l’information à la recherche de ce qui les intéresse. Il avait alors mesuré l’impact d’une bonne rédaction web sur l’utilisabilité du site. Les résultats, étonnants, montrent une amélioration de la lecture de 124% en combinant 3 règles !

Les voici, pour rappel :

1- Écrivez concis, réduisez le volume de texte.

2- Utilisez une mise en forme « scannable » : présentez les informations en mettant des puces et des numéros pour les énumérations par exemple, ajoutez des titres en gras.

3- Employez un vocabulaire simple et concret : des mots plutôt neutres et précis. Évitez le discours commercial, les tournures ampoulées.

Personnellement, lorsque j’écris dans ce blog, j’illustre toujours mes articles, je ne justifie jamais, je le l‘aligne le texte à gauche, j’utilise une police très lisible (Verdana), je fais plein de paragraphes et je surligne les passages important en gras pour faciliter une lecture rapide. Et vous vous avez d’autres techniques ?

Si ces questions vous intéressent et que vous voulez vous y initier, je vous conseille Ergonomie Web, très bon livre récent sur le sujet (à acheter au moins pour le fonds professionnel de votre bibliothèque…). Sinon, vous pouvez aussi consulter cette carte heuristique construite à l’occasion d’un stage CNFPT proposé à Lille : « Écrire pour le web » animé par l’auteur du Blog la collectivité numérique.

Pour les anglophones, je vous recommande aussi ce site expérimental qui vise à nous faire prendre conscience de notre conditionnement au clic de souris, au moyen d’une interface entièrement conçue SANS clics!

Silvae

Je suis chargé de la médiation et des innovations numériques à la Bibliothèque Publique d’Information – Centre Pompidou à Paris. Bibliothécaire engagé pour la libre dissémination des savoirs, je suis co-fondateur du collectif SavoirsCom1 – Politiques des Biens communs de la connaissance. Formateur sur les impacts du numériques dans le secteur culturel Les billets que j'écris et ma veille n'engagent en rien mon employeur, sauf précision explicite.

13 réponses

  1. Lionel dit :

    trois références en complément :
    – Je ne veux pas chercher ! : Optimisez la navigation de vos sites…
    par Steve Krug. L’auteur explique notamment les effets désastreux sur les visiteurs d’un site lorsqu’on les force à chercher une info dans une logique qui n’est pas la leur …. suivez mon regard 😉

    – Donne-moi ce que je veux ! par Patricia Gallot-Lavallée : Une mine d’or pour penser autrement son portail de bib !

    Enfin et pour ceux qui ne pourront suivre la formation CNFPT « Ecrire pour le web » :
    – L’écrit Web : Traitement de l’information sur Internet par Joël Ronez. Incontournable .

    Toutes les références sont ici : http://www.librarything.fr/catalog/mediamonnaie

  2. Merci pour ces références !

  3. chr!s dit :

    En parlant de référence :))) …et de personnes ressources, un petit mot sur ArchiMag et un certain vote ;-))

    Trop d’humilité vous perdra !!

  4. @ chr!s : euuuh, merci du compliment, mais je me vois pas trop faire campagne pour un titre que j’ai pas demandé… et que je serai ravi d’avoir ceci dit, mais c’est vrai qu’il manque tellement de gens dans cette liste ! 🙂

  5. chr!s dit :

    Bon d’accord ….pour les curieux ou les fans qui n’arrivent toujours pas à tuyauter les flux afin de recevoir des courriels par tags (ou étiquettes), tout en apliquant à la lettre la méthode GTD pour gérer ses tonnes d’informations…..;-)
    cliquer sur mon prénom.

    Pour l’article, j’ai essayé le site expérimental mais je préfère attendre la généralisation d’outils sémantiques et/ou intuitif comme ubiquity….en français si possible.

  6. biblioroots dit :

    Franchement je trouve ce vote sans intérêt…..

    Ca m’étonne d’un magazine sérieux (mais trop cher !!!) comme archimag.

    Cependant j’aurais pu voter pour toi O Grand Sylvère lol !!!!!

    La formation sur les directeurs de bib elle s’adresse à qui ????

    crois tu vraiment qu’en sortant D’IUT BIB puis D’IUP ingénierie documentaire il y ai besoin de ce genre de session ?

    J’ai souvent l’impression que les plus formés comme moi ou d’autres sont ceux qui bénéficient de fait de la plus grande offre de formations !!!

    c’est un comble car ma mère qui a élevé ces 4 enfants et veut devenir assistante maternelle n’arrive pas à obtenir une formation de base………

    « ca fait réfléchir »…………. sur le système et son modèle pyramidal…. la notion de cercle et de « réseaux » de plus en plus prégnante sur notre réel (aujourd’hui on s’en rend compte, hier, seuls les plus puissants utilisaient ces techniques relationnelles)

    n’entrez pas la dedans : AUCUNE personnalité bibliothéconomique n’est une star car la bibliothèque ne fait rien changer de façon fondamentale dans la société surtout à l’heure du net. On fait des choses et parfois même des trucs biens mais on est au dessus de personne…

    Arrêtons le nombrilisme et le corporatisme parfois çà mine la profession….

    Allez j’arrête

    PS : Connaissez vous une bibliothèque ou la DEWEY a été complètement abandonnée ??

  7. FrédéricLN dit :

    Je plussoie Lionel en faveur de « L’écrit Web » de Joël Ronez, malgré le titre étrange – il aurait pu s’écrire « Écrire pour le web ». C’est purement excellent, et simple.

  8. tlrvffcrlb dit :

    Demain, des compétences en ergonomie éditoriale dans les bibliothèques ? –
    atlrvffcrlb
    [url=http://www.g999n19o2bl3q8y02etf849i3d5m8qyws.org/]utlrvffcrlb[/url]
    tlrvffcrlb http://www.g999n19o2bl3q8y02etf849i3d5m8qyws.org/

  1. 19 septembre 2008

    […] Bibliobsession 2.0 » Demain, des compétences en ergonomie éditoriale dans les bibliothèques ? […]

  2. 20 septembre 2008

    […] Bibliobsession 2.0 » Demain, des compétences en ergonomie éditoriale dans les bibliothèques ? (tags: accessibilité ergonomie écriture web) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.