Evènement ! Chermedia, premier média collaboratif d’expression initié par des bibliothécaires

Attention événement ! A l’heure où l’on parle beaucoup de ce qu’on pourrait faire, voici une innovation bien concrète et efficace, qui n’a aucune raison de ne pas s’étendre par capillarité !

Il s’agit du tout premier réseau social départemental issu d’un réseau de lecture publique, celui du Cher : CHERMEDIA ! Pour l’occasion, une présentation du site, la première vidéo de la websérie et une interview de Nicolas Voisin, architecte de ce projet , s’impose. Nicolas Voisin se présente lui-même comme :

webproducteur (si ça existe) blogueur, auteur, réalisateur. J’ai fondé 22mars, une société de production audiovisuelle et de conseil spécialisée dans le web, les réseaux et les nouveaux écrans www.22mars.com

Vous pouvez voir les projets (nombreux) dans lesquels il est impliqué sur son site : Nuesblog à la rubrique le Lab. Notez bien à la fin de l’interview la création en parallèle de cette initiative locale l’émergence de départementmedia qui a vocation à fédérer les réseaux sociaux de lecture publique départementaux…

Une des originalités de l’initiative est la réalisation d’une websérie à propos de cette aventure, série que vous pouvez retrouver sur cette page de Daylimotion.

Présentation du site :

Chermedia est un espace commun à plusieurs centaines de bibliothécaires du Cher, conçu comme un média social, public et ouvert à vos contributions.

C’est un lieu d’information et de travail collectif, qui va proposer des recommandations d’ouvrages, des rencontres avec des auteurs, des travaux d’écriture collective, des rdv, des articles de coups de cœur ou d’analyses, mais aussi des enregistrements sonores et des vidéos. Une série est tournée et des épisodes seront mis en ligne tous les mois pour vous conter les enthousiasmes, les peurs et les passions autour de cette aventure.

Chermedia est un lieu d’échange, de partage, “l’Agora des Bibliothécaires du Cher”, un blog collectif, un média participatif, composé de 5 rédactions distinctes :

Interview de Nicolas Voisin :

De qui est venue l’idée de Chermédia ?

J’ai rencontré Christine Perrichon l’an passé aux Futurs de l’Ecrit. J’avais eu l’occasion de la former aux blogs et à l’écriture web, elle et une équipe de bibliothécaires. 6 mois après, C’est Christine, directrice de la lecture publique du Cher, qui est revenue vers moi en me disant  : « on veut y aller ». J’ai conçu pour elles et avec elle un outil dédié, qui soit d’abord un espace de lien, d’échange, un « média social » réellement participatif.


Comment ce site a-t-il été mis en œuvre, avec quels moyens et quel outil ?

Beaucoup d’huile de coude, du logiciel libre (wordpress) une équipe hypermotivée et… l’envie de faire un site simple d’accès, hypercomplet et modulable, ce que Tom, webmaster de cette aventure, maîtrise à merveille…


Concrètement comment motivez-vous les rédacteurs ?

Nous avons une conférence de rédaction, filmée, animée par mes soins, tous les mois, en région. Ces réunions sont ouvertes à tous les contributeurs et les 7 rédac’chefs y sont systématiquement présents. Nous réalisons des ateliers pratiques, résolvons les problèmes rencontrés, nous nous donnons calendrier et objectifs pour la suite et faisons un point « face caméra » pour débriefer. En parallèle, je réponds au quotidien par mail, téléphone, commentaires et « articles d’aide » aux questions et difficultés rencontrées. Le vrai secret, c’est que tous sont vraiment très motivés et que cette expérience leur donne l’occasion de collaborer, concrètement, au quotidien ! C’est aussi ou avant tout une affaire de personnes, fédérées (voir passionnées) autour d’un objectif commun.

Comment est organisée la chaîne de publication ?

Libre, décentralisée, tout le monde est responsabilisé. Passé un seuil critique en terme de nombre de rédacteurs, nous intégrerons une phase de modération a priori pour les nouveaux auteurs, mais ceci n’a pas encore été nécessaire et les contributions se font à un rythme soutenu, de façon bien qualifiée (tags et catégories) et surtout sont d’une qualité enthousiasmante. La Une a un rythme à elle, décidé par la Directrice de rédaction. La « Homepage » principale a donc 3 rythmes et chaque rédaction sa propre « homepage ». La partie WebTV est animée par mes soins et les rédac’chef y « bookmarkent » également leurs sélections et productions vidéos. Enfin une partie « veille » agrège automatiquement tout ce qui se dit sur la toile en français autour du livre et des bibliothèques (le petit « + » en haut à droite 😉

Le site est très récent, mais avez vous quelques chiffres ?

En 10 jours et avant que l’essentiel du réseau ne s’y soit connecté car nous étions en période hors scolaire, nous avons eu 5000 pages vues, pour un temps moyen de 5,47mn par page (deux fois la moyenne d’un site ou blog conventionnel), une dizaine d’articles sur la toile dont un très beau papier du Berry Républicain, des « twitt », des recommandations sur delicious, googlereader, sur facebook, etc… Sur le site, 24 contributeurs se sont inscrits, pour 48 articles publiés et déjà 70 discussions en cours.

Est-il prévu de faire participer des lecteurs ou des amateurs de livres ?

Mais c’est le cas ! vous y êtes tous conviés ! Le site est ouvert, les inscriptions se font en deux clics. D’autres part, des auteurs et artistes seront également invités.

Est-il prévu de diffuser les critiques et autres contenus auprès d’autres sites ? Comment ?

Nous sommes des « digital native » donc le site est entièrement embarquable, en flux. Tout le monde peut intégrer le flux des nouveaux articles sur son blog, site, espace web et nous réfléchissons à la mise à disposition d’un widget « embarquable ». Enfin, Chermedia est le premier média social départemental d’une grappe de sites en cours de développement. Départementmedia, qui fédérera ce réseau, permettra de retrouver en un espace (média + réseau social) toutes les contributions… Et tous les contributeurs 😉

Parlez-nous de votre initiative Departementmedia.com qui l’a proposé ? de quoi s’agit-il ?

C’est suite à la mise en oeuvre de chermedia, en parallèle de sa construction plus exactement, que j’ai saisi à quel point les enjeux que  nous touchions du doigt étaient stratégiques pour les réseaux de la lecture publique. Et face à l’engoument constaté dès les premiers échanges, il est apparu évident que cette dynamique serait – et avait intéret à être – contagieuse. Chez nous on dit « viral », non ? Départementmédia pourraité réunir jusqu’à 96 médias départementaux. De l’hyper local au global, il n’y a que le pas que semblent prêt à franchir des milliers de volontés individuelles. Le réseau des bibliothécaires devient un média, les bibliothécaires des interlocuteurs connectés. Qui dit les conséquences et les opportunités qu’une telle aventure porte ? Il pourrait s’agir, avec un peu de recul, d’un média et réseau social équivalent à un « service public » de l’internet, du multimédia et de la lecture…

Silvae

Je suis chargé de la médiation et des innovations numériques à la Bibliothèque Publique d’Information – Centre Pompidou à Paris. Bibliothécaire engagé pour la libre dissémination des savoirs, je suis co-fondateur du collectif SavoirsCom1 – Politiques des Biens communs de la connaissance. Formateur sur les impacts du numériques dans le secteur culturel Les billets que j'écris et ma veille n'engagent en rien mon employeur, sauf précision explicite.

4 réponses

  1. GENIAL !!!
    Une démonstration de plus que notre richesse c’est nous, les bibliothécaires, notre matière grise, notre capacité à faire du lien entre nous et entre nous et les citoyens… et que le financier n’est qu’un problème périphérique. Du sens, beaucoup de sens, rien que du sens !

  1. 19 novembre 2008

    […] L’article du Berry Républicain (PDF) > L’itv de Bibliobsession > […]

  2. 6 décembre 2008

    […] de Chermédia, l’agora des bibliothécaires du Cher, signalé par notre cher Bibliobsédé et la multiplication des pages institutionnelles sur Facebook (BnF, BPI, BNUS, E-Music Box de la BM […]

  3. 16 février 2009

    […] de Chermédia, l’agora des bibliothécaires du Cher, signalé par notre cher Bibliobsédé et la multiplication des pages institutionnelles sur Facebook (BnF, BPI, BNUS, E-Music Box de la BM […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *