Exclusif : Babelio innove et lance Babelthèque

C’est un évènement ! On attendait depuis longtemps et ça préfigure vraiment l’avenir de l’enrichissement des catalogues de bibliothèque, rien de moins. 😛

Babelio, un des principaux réseaux sociaux dédiés au livre dans le monde francophone vient de lancer un nouveau service qui se nomme Babelhèque. De quoi s’agit-il ? Rien de moins que de mutualiser les données entre les membres de la communauté de Babelio (environs 6400 membres) et les usagers des bibliothèques !

Comment ça marche ?

Babelthèque permet aux bibliothèques d’enrichir leurs OPAC et leurs sites Internet en important le contenu produit par les membres de la communauté de lecteurs Babelio.com : critiques, citations, nuages d’étiquettes etc. Babelthèque permet également aux usagers de la bibliothèque de saisir des critiques et citations dans l’OPAC, qui sont partagées avec l’ensemble des bibliothèques partenaires. Babelthèque vous intéresse? Ecrivez à contact[at]babelio.com pour en savoir plus.

Oui oui vous avez bien lu ça fonctionne bien dans les deux sens. Pour l’instant le système a été testé sur Koha (voir le commentaire de Nicolas Morin sur ce point), PMB (tiens tiens, serait-ce plus facile avec des logiciels libres ? 😉 et UNICORN.

Comprenez bien l’enjeu : de plus en plus de catalogues de bibliothèque proposent d’intégrer des commentaires de lecteurs… le problème c’est que bien souvent, on a quelques critiques de bibliothécaires et très peu de commentaires de lecteurs dans nos catalogues ! Alors la solution c’est bien sûr d’aller chercher ces données là où elles sont : sur d’autres sites web, en particulier des communautés d’amateurs. L’intérêt est d’enrichir le catalogue d’une valeur ajoutée complémentaire à celle des bibliothécaires. Il est aussi beaucoup plus incitatif pour un internaute d’ajouter un commentaire dans un catalogue qui en est déjà largement pourvu. Autrement dit, ce genre de mutualisation est de nature à enclencher un véritable cercle vertueux, capable de susciter l’émergence de communautés de lecteurs sur le web ET sur les territoires des bibliothèques via les sites web.

Évidemment tout ça n’est pas magique et demande un investissement de la part des bibliothèques. Ce qui est très encourageant, c’est qu’avec de telles mutualisations, celui-ci se fait au bénéfice de toute la communauté ! Même si la masse de critiques ne représente pas encore grand chose par rapport à l’ensemble des notices présentes dans un catalogue de bibliothèque, imaginez une mutualisation nationale…

Bravo à l’équipe de Babelio qui a su entendre les demandes des bibliothécaires et s’y adapter. Nul doute que d’autres suivront cette voie.

Voilà quelques copies d’écran à partir d’une installation test de Koha, en exclusivité pour vous, mesdames et messieurs !

[nggallery id=9]

Pour finir quelques précisions qui m’ont été envoyées par l’équipe de Babelio par mail. (les questions sont de moi) :

  • Pourquoi les critiques + citations apparaissent-elles dans la colonne droite et pas en commentaire (comments)

Pour le placement des blocs « critiques » : ce sont des div, donc il est possible de placer les blocs à loisir où tu le souhaites

  • Les liens http vers d’autres blogs sont inactifs dans les critiques, c’est volontaire ?

Les liens vers les blogs inactifs sont des anciens liens, à l’époque où Babelio n’intégrait pas de champ « lien » dans l’ajout de critique. Désormais, la majorité des blogueurs qui ajoutent des critiques sur Babelio mettent le lien dans le champ spécifique qui permet de lier la critique

  • Comment fonctionne la modération montante ? Et descendante ?

Nous prenons en charge la modération, descendante (car ce sont des critiques de Babelio) et montante (car les critiques de bibs sont remontées dans Babelio). C’est une modération a posteriori, avec signalement d’abus de la part de nos membres. Précision : une modération à été nécessaire en 18 mois, la communauté des lecteurs n’est pas encore tournée sur l’insulte…

  • Combien de critiques proposez vous au total ?

On propose les 12 090 critiques de Babelio.

Quitter la version mobile