Contre Hadopi.

J’ai déjà eu l’occasion de le dire dans ce blog, je suis, à titre personnel, contre le projet de loi Hadopi (riposte graduée). Je vous renvoie à l’excellent dossier de la Quadrature du net et au site Numerama pour le suivi de cette actualité brûlante.

Ce projet vise à imposer une solution essentiellement répressive à un problème d’inadaptation du modèle économique ET du droit d’auteur. Il vise à sanctionner les pratiques d’accès au savoir et à la culture pour bon nombre des publics qui sont également les nôtres et, par là même, va à l’encontre de nos missions liées à l’information, la formation et la culture.

Notons que la profession s’est mobilisée pour l’ajout d’un amendement à ce projet par la voix de l’IABD. A titre personnel, je regrette que cette prise de position n’ai pas été plus engagée contre ce projet de loi, et je me félicite en revanche du clair engagement de l’IABD contre le projet d’extension de la durée des droits voisins de 50 à 95 ans.

En attendant, je relaie comme beaucoup d’autres biblioblogueurs l’opération Black-out du net. Voici d’ailleurs une chouette chanson anti-Hadopi :


The Hadopi Song from jcfrog on Vimeo.

Et vous vous en pensez quoi ?
(228)

This work, unless otherwise expressly stated, is licensed under a Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 France License.

Silvae

Je suis chargé de la médiation et des innovations numériques à la Bibliothèque Publique d’Information – Centre Pompidou à Paris. Bibliothécaire engagé pour la libre dissémination des savoirs, je suis co-fondateur du collectif SavoirsCom1 – Politiques des Biens communs de la connaissance. Formateur sur les impacts du numériques dans le secteur culturel Les billets que j'écris et ma veille n'engagent en rien mon employeur, sauf précision explicite.

6 Responses

  1. jaguie dit :

    Il est encore une fois magique ce JcFrog !!!!

  2. eric1871 dit :

    Ce projet vise à faire des interprètes des rentiers pour peu qu'ils aient eu un succès dans leur carrière discographique. L'accès au patrimoine enregistré va forcément se restreindre car quel éditeur va prendre le risque de ressortir des vieilleries si le coût est plus important que ce que ça pourrait rapporter ?
    en un mot, les ayant droits ont une attitude suicidaire de plus, car s'il y a un petit nombre qui peut encore rapporter (Brel, Brassens, Piaf…) l'immense majorité des enregistrements concernés va purement et simplement se retrouver aux oubliettes…

  3. B. Majour dit :

    Hadopi
    pourrait bien être rejeté par… l'Europe.

    http://tf1.lci.fr/infos/high-tech/0,,4289828,00-l…

    bien cordialement
    Bernard Majour

  4. @ B. Majour : certes, mais les signaux ont tellement été contradictoires ces dernières années qu'il nous faut espérer, diffuser de l'info, et veiller ! :-)

  5. biblioroots dit :

    Vive la Musique !!! A mort HADOPI et toutes ces conneries !!! Plus que jamais la licence globale est d'actu et reviendra tôt ou tard dans les débats !!! Le LOBBYISME me dégoute de plus en plus (industrie du disque,des médias "mainstream", pharmaceutique, agro alimentaire, édition, chimie et j'en passe !!)

    J EN PEUX PLUS !!!!

  1. 13 mars 2009

    […] si cette spécialisation de l’action peut être regrettée par d’estimables collègues, j’assume tout à fait que l’IABD joue sa partition particulière et se concentre sur un […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>