Les paradoxes des blogs de bibliothèques

Mise en page 1Voici l’article qui est paru dans la revue de l’ADBS Documentalistes Sciences de l’information à l’occasion du dossier autour du web 2.0 dans le numéro de Mars 2009. La commande portait sur 4000 signes, ce qui explique que l’article soit assez synthétique (J’aime pas compter les caractères, c’est ça qui est bien avec le numérique, exit le calibrage au signe près, sauf sur twitter ! ;-). Merci à l’ADBS de permettre la publication en intégralité de cet article.

Il est à la mode de créer des blogs qui s’adressent aux usagers dans les bibliothèques françaises. Touti Frouti qui agrège les contenus les blogs de bibliothèques publiques en compte pas moins de quarante-sept On en dénombre plus de quatre-vingt sur la liste des « biblioblogs d’établissements » proposée par Bibliopédia. Même si ces chiffres de sont quasiment rien par rapport aux 133 millions de blogs comptabilisés depuis 2002 (selon Technorati), ils sont significatifs d’une tendance qui me semble paradoxale. Je classerai ces outils, d’une manière volontairement schématique, en deux catégories : d’une part les blogs de type  « communication localo-locale » et d’autre part les blogs thématiques.

Dans le premier cas, il s’agit de faire de la forme blog un outil de communication au service de l’image de la collectivité ou de l’institution auprès des usagers du service public local. On trouvera donc dans ces publications des billets sur l’annonce d’une action culturelle, d’une nouvelle ressource numérique, ou encore sur les « coulisses de la bibliothèque ». L’objectif est de trouver une manière nouvelle de s’adresser aux usagers. De plus en plus d’entreprises ont un blog de ce type et l’utilisent comme un « fil d’actualité ». Autant être clair quitte à paraître un peu radical : c’est là le degré zéro d’un projet de média pour un organisme aux missions relatives à la diffusion des savoirs. C’est pourtant ce que proposent 95 % des blogs observés à partir des listes pré-citées. Pourquoi donc mettre en œuvre un blog pour diffuser l’actualité de la bibliothèque alors que l’information devrait logiquement se trouver sur le site principal de la bibliothèque ? Premier paradoxe.

Le second cas, le blog thématique, est malheureusement plus rare mais plus cohérent avec notre rôle. Le blog n’est pas un simple outil de communication local mais propose des contenus susceptibles d’intéresser les internautes au delà des usagers présents sur le territoire ou membres de l’institution… Des bibliothécaires s’attachent ainsi à créer un mini-média thématique. Ce type de blog est de nature à d’être identifié et lu par d’autre blogs/sites apparentés qui en identifient la ligne éditoriale. Il est alors possible de passer d’une logique locale à une logique globale : celle d’une communauté d’amateurs sur un thème. Un bon exemple de point de vue est le blog musical Médiamus de la médiathèque de Dole qui figure en bonne place depuis plusieurs mois dans le classement des 100 meilleurs blogs musicaux de wikio (classement de référence dans la blogosphère). Ce dialogue là me semble très intéressant, parce qu’il contribue à redéfinir la place de l’institution dans la conversation globale du web.

Mais cette démarche n’est pas non plus sans paradoxe. Les usagers locaux, à qui l’on destine prioritairement ces contenus, ne disposent que très rarement d’un lien leur permettant de s’informer sur la disponibilité en temps réel du livre conseillé par un bibliothécaire sur le blog… C’est pourtant là une fonction que propose n’importe quel système d’information de bibliothèque depuis que l’on a commencé à les informatiser ! Tout se passe comme si l’outil blog était utilisé pour effectuer ce qu’il n’est pas possible de faire avec un catalogue en ligne : l’enrichir en contenus de manière collaborative. Paradoxe final, certains concepteurs de logiciels informatiques (propriétaires) essaient de réinventer (mal) ce que font très bien les outils open source que commencent à utiliser les bibliothécaires en créant des blogs…

Bien sûr les deux catégories précitées sont poreuses et il est très fréquent de voir sur un même blog une approche thématique, voire multi-thématique et une approche de « communication locale ». Au fond, l’enjeu est peut-être moins de repositionner les blogs locaux sur des logiques thématiques globales que d’en mutualiser les contenus à valeur ajoutée pour en développer l’audience… Un média public des critiques de bibliothécaires et d’amateurs reste à inventer.



Silvae

Je suis chargé de la médiation et des innovations numériques à la Bibliothèque Publique d’Information – Centre Pompidou à Paris. Bibliothécaire engagé pour la libre dissémination des savoirs, je suis co-fondateur du collectif SavoirsCom1 – Politiques des Biens communs de la connaissance. Formateur sur les impacts du numériques dans le secteur culturel Les billets que j'écris et ma veille n'engagent en rien mon employeur, sauf précision explicite.

9 réponses

  1. JPouchol dit :

    La question du choix technique et stratégique est ici, à mon sens, fondamentale. Si l'on dispose d'un outil CMS (Typo 3, Drupal, Joomla…) libre et performant (= extensible, hautement personnalisable, interopérable…), et d'un SIGB (entre autres briques) pouvant s'intégrer aisément à cet environnement et disposant lui aussi de fonctionnalités 2.0 (allez, au hasard, Koha), on peut effectivement s'interroger sur l'utilité d'associer un blog à cet arsenal déjà très complet et très ouvert, lequel sera bien en effet en capacité de proposer du participatif aux usagers (tags, commentaires, critiques…), de promouvoir les contenus et services de la médiathèque, de disséminer celle-ci dans le web social, etc.
    Dans un environnement verrouillé et plus "froid", l'usage d'un blog est en revanche bien complémentaire en ce qu'il offre, par nature, une grande souplesse et réactivité de publication et une capacité quasi instinctive à rapprocher l'institution de l'usager.
    On s'entend, l'outil ne fait pas le service, mais néanmoins…

  2. Mercure dit :

    Quoique … Le blog reste toujours un moyen de créer un lien léger avec les usagers d'une bibliothèque. J'y ajouterais le récit de la vie de la bibliothèque : autant d'infos qui n'ont pas toujours place sur un CMS, ou bien qui seraient noyées dans de l'infodoc…

  3. phelly dit :

    Je rejoins la remarque de JPouchol : tous les SCD n'ont pas un site web digne de ce nom, dans lequel ils peuvent librement intervenir, ajouter des actualités etc…

    Au SCD de Brest, l'existence du blog est, à l'heure actuelle, une véritable bénédiction! Mais le jour (prochain je l'espère) où nous aurons un vrai portail, avec CMS etc… il faudra sans doute repenser le contenu et la portée du blog.

    • Lynell dit :

      Very nice article and right to the point. I am not sure if this is really the best place to ask but do you folks have any thoughts on where to employ some prsoisfeonal writers? Thanks

    • COLLINS TAKES YOUR SACRED AND DEFILES IT WITH HER EVIL, EVIL WAYS. It was late at night the first time I read this chapter but I'm pretty sure my thoughts went exactly the same as yours.

  4. vsmsbfvtj dit :

    Les paradoxes des blogs de bibliothèques –
    vsmsbfvtj http://www.g662i541yu3l2uiq6p8bc364zjp17a6qs.org/
    [url=http://www.g662i541yu3l2uiq6p8bc364zjp17a6qs.org/]uvsmsbfvtj[/url]
    avsmsbfvtj

  1. 18 mai 2009

    […] sujet est approfondi par l’article de Silvère Mercier, Les paradoxes  des blogs de bibliothèque, dans la revue de l’ADBS Documentalistes Sciences […]

  2. 24 février 2016

    […] billet  « Les paradoxes des blogs de bibliothèque » pose une réflexion intéressante sur l’usage que font les bibliothèques de France de leur […]

  3. 18 mars 2016

    […] Afin de mieux comprendre ce point, je vous invite à aller lire le billet de blogue de Silvae « Le paradoxe des blogs de bibliothèques ». Ce dernier y explique que l’usage général que font les bibliothèques par rapport aux blogues […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.