Manolo Sanctis, l’édition communautaire comme plateforme

Manolo Sanctis un projet exemplaire autour de la Bd qui a le mérite de montrer concrètement comment on peut repenser une chaîne éditoriale, et notamment le rapport auteurs/lecteurs aujourd’hui :

Pour la première fois dans l’univers de la BD, une maison
d’édition a décidé d’associer les internautes à ses choix
éditoriaux. Proposant une réponse originale aux jeunes
auteurs de BD, manolosanctis leur offre l’opportunité de
diffuser leurs planches sur le web et de les faire découvrir
aux bédéphiles, leur public !
Les internautes échangent, commentent, encouragent et
bien sûr critiquent ces oeuvres originales, offrant aux auteurs
un retour d’expérience unique. Et si la greffe prend… tous
les mois, manolosanctis édite en version papier des albums,
«collectors» de demain, choisis parmi les plus plébiscités du
site. Les versions numériques des ouvrages édités demeurent
quant à elles consultables gratuitement et en intégralité sur
le site www.manolosanctis.com.

Pour la première fois dans l’univers de la BD, une maison d’édition a décidé d’associer les internautes à ses choix éditoriaux. Proposant une réponse originale aux jeunes auteurs de BD, manolosanctis leur offre l’opportunité de diffuser leurs planches sur le web et de les faire découvrir aux bédéphiles, leur public ! Les internautes échangent, commentent, encouragent et bien sûr critiquent ces oeuvres originales, offrant aux auteurs un retour d’expérience unique. Et si la greffe prend… tous les mois, manolosanctis édite en version papier des albums, «collectors» de demain, choisis parmi les plus plébiscités du site. Les versions numériques des ouvrages édités demeurent quant à elles consultables gratuitement et en intégralité sur le site www.manolosanctis.com.

Quelques réponses issues de la FAQ  :

Les albums en ligne sont-ils consultables gratuitement ?

Oui, la consultation des albums est libre et gratuite en ligne, même lorsqu’un ouvrage a été édité.

Les albums disponibles sur manolosanctis sont-ils complets ?

Pas tous. Le choix de mettre l’intégralité de son ouvrage en ligne ou pas revient à chaque auteur. D’autres ouvrages sont en plein processus de création, vous pourrez donc suivre et découvrir leur évolution au fur et à mesure.

Pourquoi les albums édités par manolosanctis sont-ils uniquement vendus sur le site?

En gardant la main sur la distribution de nos albums, nous réalisons des économies qui nous permettent de mieux rémunérer les auteurs.

Qu’est-ce que le contenu officiel ?

Ce terme désigne tout ce qui n’est pas mis en ligne par un auteur. Il s’agit de contenu publié par des partenaires : soit des ouvrages mis en lignes par d’autres maisons d’édition, soit des dessins publiés par des sites d’actualité.

Mais manolosanctis est une maison d’édition, pourquoi mettre en avant des concurrents ?

Nous voyons avant tout manolosanctis comme une plateforme de partage et de diffusion de bandes dessinées. C’est pourquoi nous souhaitons permettre à des éditeurs indépendants de se faire connaître et de partager leurs ouvrages grâce à notre site.

Je trouve ce projet très bien pensé et l’ergonomie de lecture des Bd est très bonne, les fonctionnalités de dissémination me semble très bien mises en avant… Par exemple le site propose des widgets à embarquer pour promouvoir une Bd que l’on apprécie :

Bref, un très intéressant modèle de co-production éditoriale, tout à fait dans la lignée d’un modèle de vente qui a fait ses preuves dans un autre domaine : la vente de T-Shirts en ligne sur le site La Fraise ! Il s’agit d’un concours permanent à destination des designers et graphistes. Les internautes élisent des visuels qui seront une fois validés par la communauté vendus sur le site. Tout le monde y trouve son compte : les clients qui achètent des t-shirts plébiscités, le vendeur assuré de vendre un produit déjà validé par les futurs clients et les artistes qui ont l’occasion de tenter leur chance et d’avoir un retour sur leurs créations.

Appliqué à l’édition, ce modèle est d’autant plus intéressant que le projet s’ouvre à des collaborations d’autres éditeurs qui viennent utiliser la communauté pour promouvoir des contenus déjà publiés. La chaîne éditoriale est alors à double sens : en amont du projet éditorial puisqu’il faut obtenir la validation des amateurs pour qu’un projet soit imprimé, et en aval puisque la communauté des amateurs du site constitue une audience qualifiée susceptible d’acheter des Bd, le site se positionnant alors comme une plateforme de vente en ligne auprès d’une niche d’amateurs.

Intéressant aussi de prendre la mesure de la chronologie et du volume de la communauté qui s’est constituée autour de ce projet :

ScreenShot001

Les statistiques proposées sur le site font état en Janvier 2010, soit 16 mois après le début du projet de :

ScreenShot002

Assez impressionnant tout de même pour ceux qui sont convaincus que les communautés mettent des années à se construire ! Preuve aussi qu’avec un projet bien élaboré et un domaine porteur, le lancement est fulgurant…

Ce double mouvement de co-création et de vente communautaire me semble très porteur… la question qui demeure quand même est la suivante : quel rôle pour un libraire dans un tel écosystème ?

Silvae

Je suis chargé de la médiation et des innovations numériques à la Bibliothèque Publique d’Information – Centre Pompidou à Paris. Bibliothécaire engagé pour la libre dissémination des savoirs, je suis co-fondateur du collectif SavoirsCom1 – Politiques des Biens communs de la connaissance. Formateur sur les impacts du numériques dans le secteur culturel Les billets que j'écris et ma veille n'engagent en rien mon employeur, sauf précision explicite.

2 réponses

  1. Laura dit :

    Makaka éditions fait également quelque chose d’équivalent : http://30joursdebd.com/ : chaque jour sur ce site est publié une planche (ou deux) racontant une histoire unique et exclusive, faite par un auteurs de bd ou un blogueur bd. Cela permet de révéler des talents de personne n’ayant pas forcément publié auparavant, de faire connaitre des styles différents. Plusieurs auteurs ainsi que des recueils des meilleurs planches de 30 jours de bd sont ensuite publiés par la maison d’édition Makaka (Ced, Monsieur le chien, etc) .