La carte des formations de l’ADBS

TagsCatalogue2010-vue-complete

Très belle idée de l’Association des professionnels de l’Information et de la documentation qui a représenté l’ensemble de son offre de formation 2010 sous forme d’un gros nuage de tags. Vous pouvez accéder à la carte complète ici ou alors naviguer dans les mots et cliquer sur chaque numéro pour accéder au descriptif du stage.

L’ensemble forme une fascinante carte de l’information-documentation et présente sous une forme synthétique les multiples aspects de nos métiers, l’occasion de prendre la mesure des multiples compétences qu’il nous faut acquérir… 😎

[Disclaimer : je suis membre du CA de l’ADBS, mais je n’ai pas du tout participé à ce projet]

Silvae

Je suis chargé de la médiation et des innovations numériques à la Bibliothèque Publique d’Information – Centre Pompidou à Paris. Bibliothécaire engagé pour la libre dissémination des savoirs, je suis co-fondateur du collectif SavoirsCom1 – Politiques des Biens communs de la connaissance. Formateur sur les impacts du numériques dans le secteur culturel Les billets que j'écris et ma veille n'engagent en rien mon employeur, sauf précision explicite.

2 réponses

  1. amarois dit :

    C’est vrai qu’elle est bien réussie cette carte. Elle est surtout bien venue.
    Le monde de la doc se met enfin à prendre en compte le poids et la puissance de l’image. Avec la démocratisation du mindmapping et depuis l’arrivée des nuages de tag  et des cartes heuristiques, les professionnels pour la plupart très attachés au texte brut (puisque formés par la lecture profonde de textes et sélectionnés par la restitution et la construction d’info sous la forme d’un discours long et structuré par des formes de productions écrites que sont les notes de synthèses et autres dissertations – il suffit de voir le poids des « littéraires » en infodoc ; note que j’évite de parler des iniques concours de bib et conservateurs en France. Ha ! Zut, c’est fait !),  ces professionnels, donc,  se familiarisent de plus en plus avec une approche « visuelle » des données.  On peut y voir également la conséquence d’un renouvellement des générations, la nouvelle – dont je pense faire partie – baignant dans un monde d’images depuis sa plus tendre enfance.
    Il aura fallu du temps, tout de même (dans mon équipe il m’aura fallu 2 ans pour promouvoir l’utilisation de cartes heuristiques, et les réunions com. ou webdesign se font encore sans utilisation d’un simple tableau blanc et encore moins de notre beau tableau interactif…) ! Je rapprocherai cette carte des petits nuages de tag (pixelisés, dommage), présents depuis quelques temps dans Arabesques (Abes). La prise en compte de l’usager, la nécessité de donner à voir et comprendre toujours plus de données en de moins en moins de temps, la cristallisation autour de la médiation de l’information (problématique de l’attention), tout cela va contribuer à faire (enfin) émerger des nouvelles pratiques de valorisation de nos données par leur exploration visuelle (du catalogue jusqu’aux formations en passant par nos statistiques d’usages et les contenus bruts de nos documents numérisés analysés via le traitement automatique de la langue). Encore une hybridation de nos métiers, un nouveau champ à explorer : « il est (enfin) venu le temps de la visualisation de données ».

    • Chouette commentaire dont je partage le point de vue, merci !

      Pour le mind mapping nous avons découvert à plusieurs en préparant une formation la puissance de cet outil comme outil de travail collaboratif en live, l’objectif d’une réunion n’étant pas de se réunir (comme trop souvent malheureusement) mais de produire un document visuel, co-constuit dans la réunion et au final bien différent du traditionnel compte rendu sous word. Je compte bien essayer de promouvoir cette approche là où je travaille 😉

       

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.