Propulser dans les flux, l’alternative nomade 1/12

J’inaugure aujourd’hui une série hebdomadaire de 12 billets qui seront autant de courtes citations commentées (il y aurait beaucoup à dire sur la citation à l’ère du Flux) au fil de ma lecture du texte l’alternative nomade de Thierry Crouzet, célèbre propulseur à l’idéalisme concret avec lequel je trouve nombre d’échos à ma pratique du web. J’ai donc décidé de propulser le propulseur auprès de vous, espérant que ces idées vous inspireront à votre tour ! Vous pouvez vous procurer ce texte, chez Publie.net bien entendu ! Notez au passage que contrairement à d’autres, la forme et le mode de diffusion du texte n’entrent pas en contradiction avec ce qui est énoncé. J’inaugure un tag sur ce blog pour retrouver cette série.

Plus qu’un territoire, le Flux est, pour reprendre l’idée de Chardin, une sphère, un écosystème : une planète où se déroule sans fin un processus alimenté par une énergie extérieure. La planète, c’est le réseau de liens. Le processus, c’est la circulation des informations, des idées et des émotions. L’énergie, c’est nous qui l’insufflons lorsque nous propulsons, c’est notre vie.

Comment s’y prennent les propulseurs ? Ils se connectent les uns avec les autres. Ils se passent le mot de bouche à oreille. Ils se passent l’info de la main à la main. « On propulse en se connectant. On se connecte en propulsant. » Pour propulser, il faut pouvoir transmettre à des destinataires, être connectés avec eux, être un des fils qui sous-tend le Flux, une ligne de vie. Il ne suffit pas d’injecter des contenus dans le Flux et de les laisser vivre seuls. Ils auraient toutes les chances de se scléroser. Mais pour se connecter, taper sur l’épaule de quelqu’un n’a pas beaucoup d’effet. Mieux vaut lui apporter quelque chose, au moins un bonheur passager. « Tiens, lis ça. C’est absolument génial. »

En lisant ce texte je me rends compte que la médiation numérique est en vérité une propulsion numérique faite par des bibliothécaires… 🙂

Silvae

Je suis chargé de la médiation et des innovations numériques à la Bibliothèque Publique d’Information – Centre Pompidou à Paris. Bibliothécaire engagé pour la libre dissémination des savoirs, je suis co-fondateur du collectif SavoirsCom1 – Politiques des Biens communs de la connaissance. Formateur sur les impacts du numériques dans le secteur culturel Les billets que j'écris et ma veille n'engagent en rien mon employeur, sauf précision explicite.

4 réponses

  1. tcrouzet dit :

    Attention, tu es dans le livre 🙂
    Un bibliothécaire, comme le vrai libraire, est bien un propulseur. Et vous avez un grand rôle à jouer dans la transition que nous vivons.

  1. 8 juin 2010

    […] : sur les médias sociaux on assimile trop souvent la publication et la propulsion. Propulser écrit Thierry Crouzet, c’est bien plus que diffuser : Comment s’y prennent les propulseurs ? Ils se connectent […]

  2. 11 juin 2010

    […] lecture du livre de Thierry Crouzet : l’alternative nomade. Le premier billet : « Propulser dans les flux, l’alternative nomade 1/12 » et ensuite vous suivez… le […]

  3. 15 juillet 2010

    […] sur Twitter. Et sur Twitter, ces liens poursuivent leur chemin tous seuls, de propulseur en […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.