La lecture en réseau, l’alternative nomade 3/12

Suite de la série de 12 billets qui seront autant de courtes citations commentées au fil de ma lecture du livre l’alternative nomade de Thierry Crouzet, disponible chez Publie.net.

Arrêtons de penser blanc noir, opposant la lecture idéalisée à la lecture besogneuse. Une mère londonienne parle de son fils de dix ans : « Il est en train de lire un livre. Il le pose et va sur le site du livre. Il regarde ce que les autres lecteurs écrivent dans le forum, parfois laisse lui-même un message, puis reprend le livre. Il pose le livre à nouveau et google une requête qui lui est venue à l’esprit. » Ce garçon a pris la mesure du Flux. Pour lui, lire est une expérience totale. Il manifeste sa présente au monde dans l’échange incessant de la lecture en réseau.

Connexion avec ce que dit Alain Giffard à propos des lectures industrielles :

L’acte de lecture numérique est compliqué et difficile. Ces difficultés, soulignées par les psychologues et les cogniticiens, sont de tous ordres: la visibilité du texte sur l’écran, la typographie et la mise en page, le détournement de l’attention par les bifurcations de l’hypertexte, l’absence d’intégration des opérations de lecture qui empêche le lecteur de projeter son modèle de compréhension du texte lu. Le lecteur doit en permanence recadrer son idée du texte au risque d’oublier les versions antérieures, et donc de couper le fil de lecture. Les principales conséquences de ces insuffisances technologiques sont la surcharge cognitive, fondamentalement opératoire, et la désorientation du lecteur.

Le lecteur doit en permanence recadrer son idée du texte au risque d’oublier les versions antérieures, et donc de couper le fil de lecture. Les principales conséquences de ces insuffisances technologiques sont la surcharge cognitive, fondamentalement opératoire, et la désorientation du lecteur. Ce point est crucial parce qu’il explique que le lecteur de la lecture numérique, à la différence du lecteur de la lecture classique, a aujourd’hui la tâche et la responsabilité, au cours de l’opération de lecture, de faire advenir une sorte de technologie-mouvement, opération qui ne peut évidemment que surcharger la lecture.


Silvae

Je suis chargé de la médiation et des innovations numériques à la Bibliothèque Publique d’Information – Centre Pompidou à Paris. Bibliothécaire engagé pour la libre dissémination des savoirs, je suis co-fondateur du collectif SavoirsCom1 – Politiques des Biens communs de la connaissance. Formateur sur les impacts du numériques dans le secteur culturel Les billets que j'écris et ma veille n'engagent en rien mon employeur, sauf précision explicite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.