Les bibliothèques de l’Université du Texas proposent des ebooks à volonté

Lu sur go to hellman ce billet très intéressant faisant état d’une formule commerciale inédite relative aux ebooks dans les bibliothèques. Le modèle existe depuis une dizaine d’années, mais semble devoir prendre un essor certain à mesure que l’offre de ebook se développe.

De quoi s’agit-il ? Les américains appellent cette formule « Patron-Driven Acquisition » proposé en partioculier par Ebrary. Voici un extrait traduit du billet précité : (traduit rapidement à partir de google traduction hein)

Dans les bibliothèques de l’Université du Texas, Dennis Dillon, directeur adjoint des services de recherche, attend des compressions budgétaires continue jusqu’en 2014. « Je ne veux dépenser de l’argent que pour des livres qui ont une chance d’être utilisé », a-t-il dit récemment. A UT Austin Dillon doit répondre aux besoins de 20.000 employés et 50.000 étudiants, avec un budget livre d’un peu plus d’un million et demi de dollars, environ 30 $ par étudiant. 700.000 dollars sont dépensés par les acquéreurs, les dotations par département visant à se garantir le soutien de la faculté. Le reste est réparti entre les dépenses traditionnelles et les ebooks.

Le budget livre de l’UT est est axé sur la demande avec eBook Library (EBL).Environ un 100.000 livres électroniques sont offerts UT EBL. Les usagers peuvent rechercher et consulter l’un des ebooks pendant 5 minutes sans faire encourir de frais à la bibliothèque. Après cinq minutes, une fenêtre apparaît, demandant à l’usager s’il souhaite continuer à utiliser l’ebook. Si l’usager le souhaite, la bibliothèque est créditée d’une utilisation de l’ebook, mais c’est transparent pour l’usager. Il peut continuer à utiliser le livre pendant 10 jours sans frais supplémentaire pour la bibliothèque. A la quatrième utilisation d’un titre, un « achat » automatique est fait, et l’ebook est ajouté à la collection permanente de la bibliothèque.

Une fois acheté, un ebook EBL peut être « utilisé » jusqu’à 365 fois par an. Cela n’est jamais arrivé à l’UT. On pourrait penser qu’un livre attribué à une classe populaire pourrait atteindre ce seuil, mais l’expérience de l’UT, c’est que même si un livre est une lecture obligatoire dans une classe 300 étudiants, la bibliothèque aura au maximum 50 utilisations d’un livre. Leur livre le plus populaire a obtenu environ un millier d’utilisations.

Voilà une formule qui propose des ebooks à volonté, adaptée aux budgets des bibliothèques en temps de crise et aux demandes des usagers… Voilà aussi qui supprime toute idée de politique documentaire, puisque l’élaboration de la collection permanente se fait en fonction de l’historique des choix des usagers à partir d’un stock très important (centaines de milliers de titres). L’article signale que le leader américain du marché, Overdrive, propose ce genre de formule, mais que rares sont les bibliothèques qui y souscrivent.

La réticence à proposer ce qui n’est en réalité que la transposition au marché du livre numérique le modèle du buffet à volonté des restaurants me semble compréhensible, mais sera-ce le cas encore à l’avenir ? A l’ère du numérique, l’idée de collection a-t-elle encore un sens ?

A ma connaissance, nous n’avons pas l’équivalent en France ? Qu’en pensez vous ?

Si vous voulez en savoir plus, voici des articles en anglais recommandés dans le billet :

  • E-books and interlibrary loan: an academic centric model for lending, Jens Vigen and Kari Paulson, 30 Oct 2003. Presented at 8th IFLA Interlending and Document Supply International Conference : Breaking Barriers : reaching users in a digital world, Canberra, Australia, 28 – 31 Oct 2003. Report No. CERN-OPEN-2003-050.
  • « Patron-driven, librarian-approved: a pay-per-view model for e-books » Susan Macicak and Lindsey Schell, Serials: The Journal for the Serials Community22,(3) Supp. 1, S31-S38. doi:10.1629/22S31
  • « Beguiled by Bananas » – A Statistical Analysis of Patron-selected vs. Upfront Acquisition (pdf) Jason Price and John McDonald. Presented at 2009 Charleston Conference
  • MyiLibrary and Patron Driven Acquisition at SIU-Carbondale, Andrea Imre and Jonathan Nabe. Presented at CARLI eBook Symposium in Champaign, IL on March 4, 2009.
  • « Technology Left Behind – Letting the Patron Drive », Cris Ferguson, Against the Grain 22(2) April 2010, p. 83.
  • « Off the Shelf: Patron-Driven Acquisition » Sue Polanka, Booklist 105 (9/10) 2009. Polanka’s Off The Shelf blog has been covering business models for ebooks in libraries.

Silvae

Je suis chargé de la médiation et des innovations numériques à la Bibliothèque Publique d’Information – Centre Pompidou à Paris. Bibliothécaire engagé pour la libre dissémination des savoirs, je suis co-fondateur du collectif SavoirsCom1 – Politiques des Biens communs de la connaissance. Formateur sur les impacts du numériques dans le secteur culturel Les billets que j'écris et ma veille n'engagent en rien mon employeur, sauf précision explicite.

3 réponses

  1. Frédéric dit :

    Très intéressant. Je reste persuadé que le concept de collection a toujours un sens à l’heure du numérique, même s’il faut le fonder sur des principes nouveaux. La bonne nouvelle ici c’est que la bibliothèque paye pour ce qui est réellement consulté, et non pour une offre globale dont un petit pourcentage seulement trouvera son utilisation. Cela me fait un peu penser au changement de modèle commercial de Google concernant la publicité, en 2002 (pay-per-click au lieu de cost-per-thousand).

  1. 3 mars 2011

    […] financé en amont. Ebrary (récemment racheté par Proquest), tente de concilier ces modalités. J’en avais parlé dans ce billet en présentant le modèle : les usagers peuvent rechercher et consulter l’un des ebooks […]

  2. 11 mars 2011

    […] de contenu numérique récemment racheté par Proquest), tente de concilier ces modalités. J’en avais parlé dans ce billet en présentant le modèle : les usagers peuvent rechercher et consulter l’un des ebooks […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.