Web-the-book dispositif de médiation dans la bibliothèque

En Janvier 2008, j’avais imaginé un dispositif de médiation permettant, comme dans les supermarchés de s’informer sur un livre dans la Bibliothèque à partir d’un code-barre. Et ben ça existe, ça utilise la RFID, ça s’appelle Web-the-book et c’est proposé par Nedap :

Idéal pour les lecteurs pressés d’en savoir plus, les personnes peu à l’aise avec l’informa tique, WEB-the-Book est très simple d’accès, pour tous les utilisateurs.

Directement connecté à votre SIGB, WEB-the-Book va permettre à vos adhérents, sans même devoir saisir une touche au clavier, d’aller chercher d’autres informations sur Internet à pro pos de n’importe quel document de votre bibliothèque : le résumé de l’histoire, les autres livres du même auteur, ce qu’en ont pensé les autres lecteurs, où on peut l’acheter, écouter un extrait de ce CD, la bande annonce de ce DVD, des informations sur les acteurs et le metteur en scène… il n’y a pas de limite ! Sans saisie, il suffit d’approcher un document de la borne pour «en savoir plus» sur lui. L’information affichée ne vous convient pas, ce n’est pas ce que vous cherchiez ? Présentez de nouveau le même document : la borne WEB-the-Book ira chercher ailleurs sur Internet. Un lien vous semble intéressant ? suivez-le du doigt : la console est munie d’un écran tactile! WEB-the-Book différencie automatiquement le type de document qu’on lui présente, et va chercher sur Internet les pages correspondantes, dans une liste de sites internet choisis par la Bibliothèque : sites de musique, sites pour enfant, romans, vidéo,…

Curieux d’avoir un retour d’expérience si une bibliothèque que vous connaissez possède cet équipement… N’hésitez pas, partagez !

Silvae

Je suis chargé de la médiation et des innovations numériques à la Bibliothèque Publique d’Information – Centre Pompidou à Paris. Bibliothécaire engagé pour la libre dissémination des savoirs, je suis co-fondateur du collectif SavoirsCom1 – Politiques des Biens communs de la connaissance. Formateur sur les impacts du numériques dans le secteur culturel Les billets que j'écris et ma veille n'engagent en rien mon employeur, sauf précision explicite.

4 réponses

  1. Alain Pierrot dit :

    Intéressant!
     
    On pourrait imaginer d’adjoindre un lecteur de code barre, pour les livres non équipés en RFID et exploiter l’EAN.
     
    Pas d’indication sur l’interfaçage avec SIGB, OPAC pour la préparation des requêtes ?

    • Oui pour les code barres, après pour les SIGB, à mon avis on en a pas forcément besoin puisqu’ils sont généralement assez pauvres en données de médiation (commentaires, etc.) et qu’il servent essentiellement à trouver les documents. Par contre ça devient très intéressant de relier le livre quo’n a dans la main un site de contenu qui lui possède ces informations !

      • Alain Pierrot dit :

        Je pensais plutôt à une utilisation de données du SIGB pour explorer le web.
        Une idée apparentée, qui me trotte depuis longtemps dans la tête : présenter une page de livre sous une caméra (ou la photographier), passer un OCR et rechercher une phrase sur Google Books donne régulièrement l’identification de l’ouvrage — et des pistes de recherche.
        Essayé « this seems no way to run on large-scale », pris au hasard dans The Transparent Society de David Brin. Bingo!
        Une jolie app à développer ?
         

  1. 20 décembre 2010

    […] Pour en savoir plus c’est ici ou là ! […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.