Comment cataloguer un livre en 1 minute et 43 secondes

A la demande de plusieurs personnes, je republie ce billet de 2008 avec la vidéo qui n’était plus accessible (merci Pierre!). Tiens c’est l’occasion de signaler que les comptes rendu de la journée autour des produits bibliographiques de la Bnf qui a eu lieu le 22 septembre 2010 ont été publiés !

J’évoquais Thierry Giappiconi et son action en faveur de la récupération des notices en ligne. Après des années de militantisme à cet égard, de nombreuses bibliothèques ont compris aujourd’hui l’intérêt de récupérer des notices. Pourtant, il faut dire aussi qu’il existe de multiples manières de réduire le temps consacré aux tâches de catalogage : on peut par exemple se contenter de télécharger une notice Electre et tout refaire après à la main, en se disant, tout fier, « quel bande de nuls chez Electre : ils savent pas cataloguer! ». On peut aussi oublier de récupérer les fichiers d’autorité de la Bnf et passer son temps à recréer en local ce que fait la Bnf au niveau global… Je caricature à peine et vous comprendrez comme moi qu’il existe d’autres possibilités plus efficaces…

La bibliothèque de Fresnes, dirigée par Thierry Giappiconi a vraiment fait le choix de rationaliser cette étape du circuit du document. Voilà ce que ça donne ci-dessous pour la première fois en vidéo : vous constaterez qu’il ne faut qu’1 min 43 pour cataloguer une notice! J’en entends déjà qui pensent : mais y a d’autres étapes après ? NON ! Le système mis en place à Fresnes permet de récupérer une notice de gestion qui sera ensuite écrasée automatiquement par la notice issue de la BNF à sa parution (grâce au vendangeur d’Aloès). L’intégration des fichiers d’autorité de la Bnf permet une indexation matière également automatique. Seuls des champs locaux et des champs budgétaires sont complétés. Les outils utilisés sont Aloès, Decitre et Zébris


cataloguer un livre en 1 minute et 43 secondes
envoyé par barjabule. – Regardez plus de vidéo vie pratique.

Vous vous posez encore des questions? alors voici un diaporama qui répondra je l’espère à vos interrogations Il s’intitule Pourquoi privilégier la Bibliographie Nationale Française, par Thierry Giappiconi :


(1979)

This work, unless otherwise expressly stated, is licensed under a Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 France License.

Silvae

Je suis chargé de la médiation et des innovations numériques à la Bibliothèque Publique d’Information – Centre Pompidou à Paris. Bibliothécaire engagé pour la libre dissémination des savoirs, je suis co-fondateur du collectif SavoirsCom1 – Politiques des Biens communs de la connaissance. Formateur sur les impacts du numériques dans le secteur culturel Les billets que j'écris et ma veille n'engagent en rien mon employeur, sauf précision explicite.

6 Responses

  1. liberlibri dit :

    Dans le SUDOC, on appelle ça de la dérivation quand on récupère une notice d’ailleurs et effectivement c’est très rapide. C’est devenu l’essentiel du travail. Par contre, quand il faut faire une vraie création, que la notice n’existe nulle part, c’est beaucoup plus long. Juste pour dire que, pour moi, on peut dériver en 1 minute et 43 secondes mais pas cataloguer ;-)

    • akaReup dit :

      Pas mieux… Une simple dérivation sur une notice propre, si on met 1 min 43 c’est qu’on prend son temps. Ceci dit, outre le catalogage, la cotation (pour le libre-accès) elle-même peut prendre un peu de temps, et nécessiter d’avoir le bouquin devant les yeux.

  2. B. Majour dit :

    Eh bien, heureusement que je ne mets pas 1 minute 43 pour ajouter une notice BNF !   :-)  (2 heures les 100 ouvrages)
     
     
    Grâce à Moccam et son traitement par lot, ça va beaucoup plus vite. Après, oui établir la cote spécifique au fond, là ça peut prendre plus de temps pour savoir « où » bien positionner le livre.
    Mais, on peut supposer que le démonstrateur a pris son temps pour que la vidéo reste lisible. Ce n’est pas tant le temps de la vidéo qu’il faudrait noter ici, mais le nombre de clics !
    Un clic, une seconde ?  (20 clics, 20 secondes)
     
    Bien cordialement
    B. Majour
     
     
     

  3. L’enrichissement de notices permet de récupérer certaines informations depuis des réservoirs (BnF, Electre, etc.) tout en protégeant les données que l’on souhaite conserver. dans certains SIGB (Carthame et paprika par exemple) il est possible de le faire automatiquement – sur toute la base ou sur un panier de notices.

  4. Bonjour,
    Merci d’avoir republié cette vidéo. Mais est-ce normal qu’il n’y ait pas de son ?
     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>