N’oublions pas les fondamentaux, Pierre aka Reup

Pierre, auteur dun nouveau biblioblog : Aka Reup, que je vous recommande, nous rappelle à juste titre qu’il ne faut pas oublier les fondamentaux :

On parle beaucoup des nouveaux services. On cherche des nouveaux gadgets, on prévoit de miser sur la médiation culturelle, on voudrait disséminer nos catalogues, on aimerait être créateurs et propulseurs de contenus, on souhaiterait impliquer nos usagers, on s’apprête à investir les réseaux sociaux pour les retrouver. Parce qu’ils s’en vont, qu’ils ne viennent plus nous voir – la faute à cette satanée société de l’information, dont on n’a su mesurer les bouleversements qu’elle apportait que trop tard. D’ailleurs, ceux d’entre nous qui ont déjà franchi le pas récoltent les fruits de leur audace : pleins de lecteurs, et contents de leur bib, en plus !

Ouais, c’est décidé, demain, réunion pour mettre au point notre stratégie, et lundi prochain on ouvre notre page Facebook® !

C’est bien, très bien, sauf que …

Faudrait voir à pas oublier les fondamentaux

Pour que les lecteurs viennent à la bibliothèque, il faut :

  • Qu’elle soit ouverte : Pas la peine de tergiverser, les horaires d’ouverture jouent très nettement sur l’attractivité des bibliothèques. Je sais que ça n’est pas très populaire, mais je n’ai pas inventé les remarques des lecteurs quant aux horaires trop restreintes.
  • La suite sur son blog !

    Il est clair que la médiation numérique, je le rappelle à chaque fois que c’est possible, est l’un des volets d’un projet de service plus global.

    On pourra faire des tonnes de journées d’études sur le troisième lieu, le vrai scandale des bibliothèques en France, c’est bien les Horaires d’ouverture, comme nous le rappelle Martha, usager de bibliothèque (voir dans le dernier BBF).

    Martha

    « Une chose que je trouve dommage pour les bibliothèques, bon, après je sais que c’est des contraintes économiques, c’est que ce ne soit pas ouvert dans la journée. Moi, depuis quelques mois je suis au chômage, ça me plairait bien de venir ici quand il n’y a personne ! C’est comme la piscine, c’est dommage ! Parce qu’il y a quand même pas mal de gens concernés, il n’y a pas que des actifs, des gens qui travaillent, il y a les étudiants, il y a les retraités, il y a les chômeurs, même les mères au foyer ! Eh ben, je trouve que la bibliothèque ça pourrait être un bon lieu d’échanges, de rencontres, d’ateliers, au lieu d’aller au supermarché ! Ça serait bien, parce que même nous le samedi on vient avec les enfants, on n’a pas le temps de rester, parce que là, on sort du cours de musique, on passe en vitesse à la bibliothèque, après il faut partir au poney. Je sais qu’il y a des contraintes économiques, mais après on peut réfléchir à la façon de gérer les choses… »

    Quitter la version mobile