Une année 2011 catastrophique pour les droits et libertés des citoyens sur Internet

Les bibliothécaires se sont toujours battus contre la censure pour la liberté d’expression et les droits et libertés des citoyens sur Internet.On s’est exprimé sur ACTA, on a refusé des listes blanches, on défend l’usage collectif dans les lois française, j’en passe et des meilleures. Et voilà qu’alors qu’ACTA est en phase finale, on nous balance SOPA, c’est juste une catastrophe qui se prépare. L’ensemble du monde éducatif est concerné. SOPA ? C’est juste de la censure étatique. Extrait d’un article du Monde :

Le projet de loi, soutenu par des députés républicains et démocrates, prévoit ainsi que des ayants droit puissent demander le filtrage DNS de tout site violant leurs droits. Ce type de filtrage est utilisé à grande échelle dans plusieurs pays autoritaires, dont la Chine, et empêche les machines qui aiguillent une requête sur le réseau de trouver certains sites. Parmi les mesures proposées, figurent aussi le déréférencement des sites de téléchargement direct ou de streaming sur les moteurs de recherche. Et certaines dispositions du texte envisagent aussi le gel des sources de paiement en ligne.

Les bibliothécaires commencent à se mobiliser, par exemple avec cette lettre à la Chambre des réprésentants envoyée par les associations de bibliothécaires US (lettre qui n’est pas très revendicatrice) ou ce billet qui pointe les difficultés liés aux proxys que les bibliothèques utilisent pour les ressources numériques…. Rien de figure encore sur le site de l’IFLA, et je suis sûr que d’autres prises de positions interviendront.

Pendant ce temps là en France, les ayants-droits se félicitent de SOPA et au lieu de tenter de maitriser lobbys toujours plus puissants, nos réprésntants sont en train de nous voter une loi qui va mettre en place le fichage généralisé de 45 millions de personnes et viennent d’en voter une qui massacre la copie privée. Effarant. Des fois on en vient même à lire des articles qui brandissent la menace de la 4e boite et à être d’accord l’espace d’une seconde, avant de reprendre une activité normale et revenir à la 3e boite. 2011 a été catastrophique sur le plan des libertés publiques, 2012 ? On continue.

 

Quitter la version mobile