Vers un catalogue augmenté chez Afi Opac 2.0

J’ai eu l’occasion de tester les nouveautés proposées par AFI-OPAC 2.0 sur le produit Nanook.Voici ce que j’en ai retenu.

Enrichissement des notices : on cite souvent les webservices d’enrichissement des notices de Babelio et de Librarything, mais moins souvent l’agrégation aux catalogues de données en provenance, par exemple de Lastfm, la Fnac, Première ou Amazon. Ces données ont le point commun d’être à jour, gratuites, sans garantie de pérennité et soumises à des licences… mais incontournables pour toute interface qui respecte ses internautes!

Voici une copie d’écran dans laquelle on voit les sources des données agrégées aux notices. Pour des exemples précis, je vous recommande le catalogue de la Médiathèque l’Astrolabe à Melun. Le bémol c’est qu’à un moment donné, je trouve qu’il y a un vrai problème de surcharge de la notice, et/ou d’ergonomie de la page… A cet égard, je trouve que les notices de data.bnf.fr sont exemplaires !

Ce n’est pas tout, le Pdg Arnaud Lelache et son équipe ont eu la très bonne idée d‘intégrer un moissonneur OAI et de l’OPDS à leur produit ! Il devient assez simple d’intégrer des livres numériques du domaine public et de les proposer en téléchargement. Pour ceux qui s’interrogent sur OPDS, je vous recommande ce billet de Guillaume Hatt.

Voici ce que ça donne :

Concrètement il est possible d’importer des livres numériques titre à titre :

Voilà qui me semble tout à fait intéressant pour valoriser à la fois le domaine public et les livres sous licence libre, faire des bibliothécaires des médiateurs de l’océan du web pour reprendre le titre de mon billet de la semaine dernière.

Mais ce n’est pas tout ! Le produit intègre une chouette innovation pour des projets de médiation numérique : la possibilité de tisser des liens entre notices ! En s’appuyant sur les FRBR (détournées de leur usage initial de liens entre manifestations d’une même oeuvre) les bibliothécaires peuvent proposer facilement des recommandations de type « si ce livre livre vous intéresse ». Voilà qui  a le double avantage de proposer une navigation dans la longue traîne des contenus tout en employant les codes du web commercial. Bien entendu les objectifs des recommandations eux ne sont pas commerciaux et c’est bien là tout l’intérêt ! Pour mémoire il y a plus de 5 ans dans ce billet j’avais proposé une telle fonctionnalité (comme quoi tout arrive!).

Les relations entre deux entités sont configurables :

La dissémination sur le web social est bien prise en compte. L’entreprise annonce un système de gestion de contenus permettant de programmer des mises à jour sur facebook, twitter et Google+, la fonctionnalité est en cours de développement, mais je trouve que c’est une excellente idée. Il existe des outils externes de programmation des mises à jour sur les réseaux sociaux, mais si l’idée est d’articuler le travail de dissémination à un travail quotidien, positionner le portail comme le hub des contenus produits et disséminés me semble une très bonne approche !

Il est également proposé de publier pour les lecteurs qui le souhaitent (évidemment) un prêt effectué sur leur propre page facebook, et d’en faire une base de recommandation.

Vous trouverez dans ce document d’autres nouveautés proposées par cette entreprise innovante qui a toujours eu l’intelligence de maintenir des contacts réguliers et constructifs avec le blogueur que je suis 🙂

Contactez-les directement pour en savoir plus.

Qu’en est-il de la concurrence ? Connaissez vous des fonctionnalités proches ou innovantes sur vos logiciels ? N’hésitez pas à réagir en commentaire que vous soyez prestataire ou bibliothécaire !

 

Quitter la version mobile