Logiciels libres et bibliothèques sous l’angle des Biens communs de la connaissance

logo_LLenBibJe suis intervenu le 10 octobre dernier à Lausanne à l’invitation des bibliothèques du CHUV, de l’EPFL et la BCUL dans une très belle journée d’étude sur les logiciels libres et les bibliothèques. Voici le résumé de mon intervention :

L’usage des logiciels libres est souvent présentée comme une opération vertueuse des bibliothèques qui s’engagent dans cette démarche. L’approche par les biens communs de la connaissance permet d’interroger cette vertu spontanée pour la resituer dans le mouvement historique des communs et dans contexte où le code est loin d’être la seule ressource qui doit être libre.

Voici ci-dessous le support et la vidéo de mon intervention. Je vous invite chaudement à consulter les supports de cette journée qui constituent une très bonne base pour aborder les problématiques les plus récentes des logiciels libres en bibliothèques. La conclusion a été assurée par Alexis Kauffmann de Framasoft, elle est également recommandée !

Silvae

Je suis chargé de la médiation et des innovations numériques à la Bibliothèque Publique d’Information – Centre Pompidou à Paris. Bibliothécaire engagé pour la libre dissémination des savoirs, je suis co-fondateur du collectif SavoirsCom1 – Politiques des Biens communs de la connaissance. Formateur sur les impacts du numériques dans le secteur culturel Les billets que j'écris et ma veille n'engagent en rien mon employeur, sauf précision explicite.

2 réponses

  1. 28 novembre 2013

    […]   […]

  2. 20 décembre 2017

    […] Logiciels libres et bibliothèques sous l’angle des Biens communs de la connaissance. Je suis intervenu le 10 octobre dernier à Lausanne à l’invitation des bibliothèques du CHUV, de l’EPFL et la BCUL dans une très belle journée d’étude sur les logiciels libres et les bibliothèques. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.