• Non classé
  • 7

Au delà de la recommandation, la prédiction!



Critéo est un moteur de recommandation prédictif…mais rassurez vous rien à voir avec l’astrologie!


Comme tout service web 2.0 qui se respecte, il s’appuie sur les données envoyées par les utilisateurs. Ceux-ci ont la possibilité d’évaluer des films et de les commenter. Les profils des utilisateurs enregistrés sont ensuite comparés et "algorythmés" pour indiquer à l’utilisateur la "probabilité" qu’il apprécie
d’autres films, en fonction de ses choix précédents, du parcours de l’usager et des parcours des autres utilisateurs. En gros plus le pourcentage annoncé est fort et plus vous devez aimer! Si vous aimez pas, ben c’est pas grave vous le dites au moteur qui revoie sa copie…

Critéo est donc plus qu’un moteur collaboratif, il s’agit d’un moteur "prédictif" dont le modèle économique est basé sur l’exploitation de la longue traîne. Dans cet article de Zdnet on peut voir qu’Allociné en fait un des axes de sa stratégie commerciale…

Ce service ne ressemble pas à un 2.0 comme on en voit tant éclore sur la toile, ses fondateurs sont des entrepreneurs chevronnés, un partenariat avec Youtube a été annoncé et à l’heure où j’écris ce billet il existe tout de même 1 517 212 évaluations sur criteo et 183 750 membres!

Je ne résiste pas à vous livrer une bonne partie d’un billet
qui précise le modèle économique (publié sur le blog de l’entreprise) :

On peut proposer une quantité quasi infinie de produits (puisque le coût des linéaires virtuels est presque nul pour le commerçant). Avec un bon moteur de recherche pour indexer son catalogue, le cyber marchant arrive à des résultats spectaculaires. Ainsi, plus de 60% des livres vendus par Amazon sont des tirages très faibles, introuvables dans les librairies traditionnelles.  

Le paradoxe de cette stratégie d’exhaustivité est que cela tue l’achat d’impulsion. Pour naviguer dans ces catalogues géants, il faut taper des mots clés très précis. De fait, le client final n’achètera que ce qu’il est venu chercher. Au final, le Long Tail se fait au détriment de l’achat d’impulsion.

Pour avoir (enfin !) le beurre (le Long Tail) et l’argent du beurre (l’achat d’impulsion), les sites cherchent donc à mettre en avant des produits auxquels l’internaute n’aurait pas pensé spontanément.  

L’ennui est que dans la majorité des cas, ces mises en avant ne sont pas pertinentes. D’où des taux d’achat d’impulsion très faibles (moins de 2% des visiteurs en moyenne). L’enjeu de demain consiste donc à savoir personnaliser ces mises en avant. En collant aux attentes spécifiques de chaque client, on arrive à démultiplier la taille du caddie.


Voilà ça à le mérite d’être clair! Le modèle de la longue traîne se voit ici traduit économiquement. Et de constater que pour la première fois dans l’histoire des bibliothèques (et dans l’histoire tout court); le modèle de diffusion et de conservation historique qui est le nôtre fait l’objet d’un marché économiquement exploitable et exploité.

S’en effrayer? Je crois que c’est inutile. Se poser des questions sur notre futur positionnement? c’est notre métier! (que l’on soit bibliothécaire 2.0 ou pas!).

Nous avons surement à trouver des convergences avec ces méthodes pour les appliquer à nos politiques publiques. Critéo est le premier moteur de ce type en france mais il en existe d’autres aux USA.

A ce rythme là d’innovations il faudra peut-être un jour se poser (et répondre à) la question des "partenariats" à mettre en oeuvre entre les bibliothèques et les acteurs de ce marché ; par exemple autour de la valorisation de nos collections et de nos compétences.

Cela pose en réalité la question de la manière dont nous pourrons utiliser des web services et/ou les données de nos catalogues (voire de nos usagers), une fois libérées comme le rapelle très justement Bernard Strainchamps dans biblio-fr.

En effet, sur ce marché des biens culturels ces mêmes données vont devenir la première source de rentabilité.

Lors de la consultation ministérielle Livre 2010, Olivier Ertzscheid a récemment pointé la nécessité absolue et urgentissime de « servicialiser le catalogue » (= y mettre du RSS, l’ouvrir aux utilisateurs, donner des extraits et non simplement des notices catalographiques, etc.).
Ce à quoi
Denis Bruckmann de la BnF lui a répondu qu’un chantier de réflexion était en cours et que de tels services étaient effectivement à l’étude.

Je serai curieux d’en savoir plus! En même temps je me dis que ce qu’il nous faudrait en fait c’est un service qui ait l’ambition de Worldcat. On peut rêver non? Je renvendique quant à moi le fait d’être un rêveur professionnel. 😉 En attendant, c’est bien OCLC via Openworld Cat qui prend des positions en Europe…bon ben en attendant je vais aller consulter mes prédictions culturelles
moi!

Silvae

Je suis chargé de la médiation et des innovations numériques à la Bibliothèque Publique d’Information – Centre Pompidou à Paris. Bibliothécaire engagé pour la libre dissémination des savoirs, je suis co-fondateur du collectif SavoirsCom1 – Politiques des Biens communs de la connaissance. Formateur sur les impacts du numériques dans le secteur culturel Les billets que j'écris et ma veille n'engagent en rien mon employeur, sauf précision explicite.

7 réponses

  1. DocteurNet dit :

    "Renvendiquer le fait d’être un rêveur professionnel". C’est bien la première fois que je découvre une telle revendication ! Mais elle n’est pas pour me déplaire 😉

    Sans rire, Criteo, ça semble bien impressionnant et j’imagine que ça peut aussi s’appliquer à autre chose que les films.

    Je viens justement de tomber sur Les recommandations sur Allociné
    http://www.allocine.fr/monalloci...
    et ça fonctionne vite et bien de cette manière avec des notations et recommandations personnalisées ; on peut tester sans être inscrit sur Allociné

    Enfin, j’ai une question hors-sujet : sais-tu s’il existe un équivalent de Library Thing pour les albums CD ou les films ??

    Merci pour ton obsession 😉

  2. bibliobsession dit :

    Ben merci pour ces compliments! 🙂 un équivalent de librarything pour la musique ou les films? à ma connaissance pas vraiment…néanmoins ce site http://www.lala.com/frontend/action/howitworks me vient à l’esprit, il permet de s’échanger des cd (oui des galettes) pour une modique somme. Je me suis pas inscrit mais la base fait 1.8 millions de titres et il doit être facile de constituer sa base de cd pour les échanger….Sinon pour les films j’utilisais antmovie catalog mais c’est pas en ligne c’est juste de la réccupération de notices pour se faire sa propre base de données.

  3. Bonjour,
    Merci pour ce billet très interessant sur Criteo. Merci aussi DocteurNet pour ton commentaire sur AlloCiné : c’est justement la techno Criteo qui est derrière !
    Criteo peut s’appliquer en effet à n’importe quel sous jacent : films, livres, blogs, musique, restaurants… Le site est une simple démo.
    Je vous livre un scoop en avant première : cette semaine, on va mettre en ligne notre API pour que n’importe quel développeur puisse utiliser la techno Criteo.
    J’attend que bibliobsession nous fasse une appli sur les livres ! 😉

  4. bibliobsession dit :

    @ Jean-Baptiste Rudelle : Waouuuh un scoop sur mon blog! 😉 des API, ça veut dire que le catalogue d’une bibliothèque avec un système de gestion ouvert et adéquat pourrait se retrouver dans vos prédictions avec un lien qui pourrait renvoyer sur la page du film ou du livre dans le catalogue de la bib? ce serait énorme! Avez vous déjà des projets de bibliothèques en ce sens? pour quel coût? comme Amazon, c’est gratuit pour les usages non commerciaux?

  5. C’est en effet gratuit pour les usages non commerciaux, à condition que les volumes restent raisonnables (la puissance de calcul n’est pas gratuite !). Pour un description de l’API : http://www.criteo.com/technology/docquick.aspx

  6. zwckynznf dit :

    Au delà de la recommandation, la prédiction! –
    zwckynznf http://www.gr19n5021636qc8yd4pkfe56g84mygb2s.org/
    azwckynznf
    [url=http://www.gr19n5021636qc8yd4pkfe56g84mygb2s.org/]uzwckynznf[/url]

  1. 15 octobre 2008

    […] à cette liste Librarything et Critéo pour les films. On peut aussi s’inquiéter à juste titre d’un tel regroupement de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.