Contre le projet d’extension de la durée des droits d’auteurs à 95 ans!

Grâce à la veille très efficace de Nicolas Blondeau de Dole, l’info est déjà passée sur la liste discothécaire mais j’ai envie de relayer ici l’article essentiel de Florent Latrive, auteur de l’excellentissime livre « du bon usage de la piraterie«  (quoi il n’est pas encore dans votre bibliothèque? Sacrebleu, achetez le vite! »)

Le sujet de l’article? hé bien le voilà : (intéressants les commentaires aussi)

La Commission européenne, par la voix du libéral-rigide Charlie McGreevy, veut allonger la durée des droits des artistes-interprètes à 95 ans contre 50 ans aujourd’hui.

Bref, à lire, à méditer, et si le coeur vous en dit, à militer.

Le domaine public est en soi un territoire commun de la culture à défendre. Avec romantisme, comme Victor Hugo, qui rappelait, en parlant du livre, que les oeuvres appartenaient autant à l’humanité qu’à leurs auteurs: “Le livre, comme livre, appartient à l’auteur, mais comme pensée, il appartient—le mot n’est pas trop vaste—au genre humain. Toutes les intelligences y ont droit. Si l’un des deux droits, le droit de l’écrivain et le droit de l’esprit humain, devait être sacrifié, ce serait, certes, le droit de l’écrivain, car l’intérêt public est notre préoccupation unique, et tous, je le déclare, doivent passer avant nous.”

Mais il est aussi possible de défendre le domaine public avec pragmatisme, en pointant le travail d’éditeurs spécialisés dans la mise en valeur d’oeuvres oubliées et non rentables depuis longtemps, comme Frémeaux et associés. Ou le le travail passionnant d’archivage permis par le numérique, avec Archive.org ou le récent projet de mise à disposition de films de l’enfance du ciné par le boss de Lobster, l’European Film Treasures. Allonger la durée des droits, c’est rendre plus difficile, voire impossible, ces projets. Allonger la durée des droits, c’est nier la valeur politique du domaine public, seul espace réellement commun d’une culture libérée des pures contraintes marchandes.

rrrrrrrrrrrrrrrr.jpg

Silvae

Je suis chargé de la médiation et des innovations numériques à la Bibliothèque Publique d’Information – Centre Pompidou à Paris. Bibliothécaire engagé pour la libre dissémination des savoirs, je suis co-fondateur du collectif SavoirsCom1 – Politiques des Biens communs de la connaissance. Formateur sur les impacts du numériques dans le secteur culturel Les billets que j'écris et ma veille n'engagent en rien mon employeur, sauf précision explicite.

4 réponses

  1. mediamus dit :

    Bonjour, tout d’abord merci pour le compliment, que je n’oublierai de vous retourner en rappellant que par vos travaux didactiques de sensibilisation notamment au WEB 2.0 (diaporama, etc.), vous avez contribué pour une bonne part à l’appropriation de outils de veille documentaire (fils RSS, blogs, etc.) par les bibliothécaires dont je suis.

    Au sujet du projet de prolongement des droits des artistes-interprètes, une pétition circule comme le signale un article de Ecrans.fr (04/03) : http://www.ecrans.fr/Petition-Contre-l-allongement-des,3510.html
    Cela paraît un enjeu de taille, car si le projet passe, cela risque de retarder d’autant les entreprises de numérisation des documents sonores… Projets qui sont loin actuellement d’avoir le vent en poupe 🙂
    A la semaine prochaine aux biblioblogades. NB.
    .

  2. Merci pour l’info, j’ai signé la pétition! 🙂

  3. oncrgpgc dit :

    Contre le projet d’extension de la durée des droits d’auteurs à 95 ans! –
    [url=http://www.gzj5d0hdx0e61o813085e45ltk6y4wy2s.org/]uoncrgpgc[/url]
    oncrgpgc http://www.gzj5d0hdx0e61o813085e45ltk6y4wy2s.org/
    aoncrgpgc

  1. 27 mai 2008

    […] je note avec satisfaction la prise de position des bibliothécaires Finlandais contre le projet d’extension de la durée des droits d’auteurs à 95 ans (que je dénonçais il y a peu dans ces colonnes) proposé par la la Direction générale « […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.