Pourquoi il faut racheter les classiques dans les bibliothèques

Rassurez vous je ne vais pas me lancer dans une plaidoirie pour les humanités dans les bibliothèques…mais juste vous livrer une constatation statistique en Politique documentaire que l’on trouve dans l’avant dernier livre de Bertrand Calenge (voir ici pour son tout nouveau livre)

Les analyses d’usage des collections d’imprimés montrent qu’un titre connaît 65% de son utilisation dans les 2 ans qui suivent sa parution et 85% dans les cinq ans. On peut également constater que 75% des prêts concernent des livres sont la date d’impression est inférieure à 10 ans. Autrement dit, plus on a une édition récente en rayon et plus elle a des chances être empruntée, voilà pourquoi il faut racheter les classiques (entre autres)

Voilà, c’était juste le chiffre du jour! Bonne journée! 🙂

Silvae

Je suis chargé de la médiation et des innovations numériques à la Bibliothèque Publique d’Information – Centre Pompidou à Paris. Bibliothécaire engagé pour la libre dissémination des savoirs, je suis co-fondateur du collectif SavoirsCom1 – Politiques des Biens communs de la connaissance. Formateur sur les impacts du numériques dans le secteur culturel Les billets que j'écris et ma veille n'engagent en rien mon employeur, sauf précision explicite.

2 réponses

  1. C’est ce qui c’est passé dans ma bibliothèque il y a quelques années, ma collègue responsable des acquisitions pour adultes a lancé une campagne de rachat de classiques. J’ai trouvé qu’elle avait eu une très bonne idée. Ce qui compte, c’est l’oeuvre. Autant lui mettre des habits neufs.

  2. njbfvpcfs dit :

    Pourquoi il faut racheter les classiques dans les bibliothèques –
    [url=http://www.gc7029cnv8a4fy8no104576via32v5nrs.org/]unjbfvpcfs[/url]
    anjbfvpcfs
    njbfvpcfs http://www.gc7029cnv8a4fy8no104576via32v5nrs.org/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.